Ecoutez Radio Sputnik
    Les forces de sécurité irakiennes

    L'armée irakienne combattra le terrorisme sans aide extérieure

    © AFP 2018 Ahmad Al-Rubaye
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    3481

    Le ministre irakien des Affaires étrangères Ibrahim al-Jaafari espère pouvoir venir à bout du groupe Etat islamique au cours de cette année.

    La lutte contre le terrorisme en Irak sera menée uniquement "par les forces irakiennes", sans ingérence étrangère, a-t-il communiqué dimanche lors d'une rencontre ministérielle du Premier forum arabo-indien tenu dans la capitale de Bahreïn, Manama.

    "La gestion réelle de l'opération au sol et de toute autre opération contre le terrorisme en Irak sera effectuée exclusivement par les forces irakiennes sans ingérence des forces étrangères, exception faite pour certains conseillers", a dit le ministre.

    Il a souligné que "l'Irak était un Etat souverain qui ne permettrait à personne de violer sa souveraineté". Le ministre a exprimé l'espoir de pouvoir venir à bout du groupe terroriste Etat islamique sur l'ensemble du territoire irakien au cours de cette année.

    Le chef du Pentagone Ashton Carter a déclaré dimanche dans un entretien à CNN que les Etats-Unis déploieraient en Irak une unité aéroportée  pour aider les forces irakiennes dans leur opération contre Daech.

    Il n'a pas cependant précisé la date de l'envoi des militaires américains en Irak, leur nombre éventuel ni la durée de leur séjour dans ce pays.

    Précédemment, le président des Etats-Unis Barack Obama et certains membres de son administration avaient déclaré à maintes reprises qu'ils s'opposaient à une opération anti-EI de grande envergure en Syrie et en Irak, considérant que des frappes aériennes suffisaient. Néanmoins, les Etats-Unis augmentent leur présence militaire dans la région où ils déploient des unités spéciales, outre leurs instructeurs et conseillers.

    En ce qui concerne l'éventuel déploiement de militaires américains en Syrie, évoqué également par Ashton Carter, il sera considéré comme une agression d'après une déclaration de l'ambassadeur syrien en Russie Riad Haddad.

    "Toute ingérence dans les affaires syriennes sans l'aval du gouvernement légitime constitue une agression à l'encontre du peuple syrien", a fait savoir le diplomate.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Washington enverra une division d'élite en Irak pour lutter contre Daech
    Hollande : le rythme des frappes alliées en Irak et en Syrie "sera accéléré"
    Les forces de sécurité irakiennes éliminent 11 commandants de Daech
    Tags:
    lutte antiterroriste, Etat islamique, Pentagone, Ibrahim al-Jaafari, Ashton Carter, Barack Obama, Manama, Bahreïn, Syrie, Irak, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik