Ecoutez Radio Sputnik
    Crimée

    Crimée: un territoire pour toutes les ethnies

    © Sputnik . Sergei Malgavko
    International
    URL courte
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)
    10322
    S'abonner

    La Crimée a toujours été multiethnique, mais c'est seulement aujourd’hui qu'elle est devenue un territoire où les droits de tous sont respectés.

    A l'heure actuelle, la Crimée est un territoire où les droits de toutes les ethnies et de toutes les langues, l’ukrainien compris, sont respectés, a déclaré Mateusz Piskorski après sa visite de la péninsule en janvier, au sein d'une délégation de journalistes polonais.

    Au nom de tous ses collègues, il a remercié les dirigeants de la république pour lui avoir accordé la possibilité de visiter la péninsule et de rencontrer les représentants des autorités et les habitants.

    "Lors de nos entretiens avec des représentants des Tatars de Crimée, d'autres communautés ethniques, y compris les Polonais, nous avons constaté que la Crimée est, en effet, devenue un territoire multiethnique et multiculturel où les droits de toutes les ethnies, de toutes les langues, de toutes les minorités sont respectés. Cela concerne, entre autres, la minorité ukrainienne", a dit M. Piskorski.

    Il a noté que dans le cadre du programme fédéral de développement de la Crimée, plusieurs projets étaient en état de réalisation liés notamment au soutien financier de différentes communautés, à la restauration des lieux de culte et des centres culturels. 

    "Nous avons eu la possibilité de constater que la situation différait radicalement de celle qui était présentée par les médias ukrainiens", a souligné le journaliste. 

    Il était désolée par l'absence en Crimée, pour  des circonstances politiques; l’envoi permanents des médias occidentaux. 

    "Les chefs des médias polonais et occidentaux ont décidé de ne pas y ouvrir leurs bureaux, les journalistes des médias européens s'y rendent très rarement, c'est pourquoi, sur le plan de l'information, nous nous trouvons dans la dépendance de ce que Kiev communique à ce sujet".

    Mateusz Piskorski a avoué que lui et ses collègues avaient réalisé que les habitants de la Crimée se considéraient comme des citoyens d'un Etat à part entière, qu'ils se sentaient protégés aux plans social, économique et sécuritaire. 

    "Lors de nos entretiens avec les Criméens, nous avons reçu une vision objective de la situation dans la péninsule et nous allons en parler en utilisant toutes les possibilités à notre disposition", a conclu Mateusz Piskorski. 

    La Crimée et la ville de Sébastopol sont devenues des entités territoriales de la Russie à l'issue du référendum du 16 mars 2014 pendant lequel la majorité des votants s'était prononcée pour la réunification avec la Russie. 


    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)

    Lire aussi:

    La Crimée, pomme de discorde entre l'Ukraine et Israël
    La France préfère-t-elle qu'on en sache moins sur la Crimée?
    Plus de 90% des Criméens refusent le contrat énergétique de Kiev
    Tags:
    journalisme, respect des droits, Mateusz Piskorski, Pologne, Occident, Crimée, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik