Ecoutez Radio Sputnik
    une statue de Mohandas Gandhi

    Une statue en Inde souillée de menaces terroristes

    © AFP 2019 Yasuyoshi Chiba
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    3017
    S'abonner

    En Inde, des inconnus ont écrit sur une statue de Mohandas Gandhi des slogans islamiques et ont prévenu à propos d'éventuelles attaques terroristes.

    Cet incident a eu lieu dans le village de Doudou, près de Jaipur, capitale de l’Etat indien du Rajasthan. 

    Des personnes non identifiées ont barbouillé de peinture marron le visage de la statue blanche de Mohandas Gandhi, important guide spirituel de l'Inde. Elles ont également fait plusieurs inscriptions, dont quelques-unes contenaient l'abréviation EI (Etat islamique ou Daech).​

    En outre, on peut y lire un avertissement concernant l'éventualité d'un acte terroriste annoncé pour le 26 janvier, date inscrite dans les calendriers indiens comme le Jour de la République et qui est largement fêté partout dans le pays.

    Ce n'est pas, cependant, la première mise en garde du genre. Il y a quelques jours d'ailleurs, les forces spéciales indiennes ont intercepté une conversation téléphonique d'un groupe d'islamistes indiens avec un des commandants haut placés de Daech. Ce dernier ordonnait à ses alliés d'organiser une attaque lors de ces mêmes fêtes du 26 janvier.

    Le 24 janvier, un véhicule avec un numéro d'immatriculation militaire a été volé à New Delhi. La police n'exclut pas la possibilité que des terroristes puissent s'en servir afin de tenter d'accéder à des sites contrôlés.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    La Turquie veut rétablir l'empire, pas combattre Daech
    Plus de 20 personnes soupçonnées d'appartenance à Daech arrêtées en Turquie
    Daech utilise le nom de Justin Bieber pour sa propagande
    La coalition internationale calcule les pertes de Daech
    Tags:
    menaces, statue, terrorisme, Etat islamique, Jaipur, New Delhi, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik