Ecoutez Radio Sputnik
    La visite du président iranien Hassan Rohani en Italie

    Les affaires reprennent pour l'Iran avec la visite de son président en Italie

    © REUTERS / Alessandro Bianchi
    International
    URL courte
    2190

    La visite du président iranien Hassan Rohani en Italie illustre le retour sur la scène économique internationale de son pays, avec une série d'importants contrats signés avec des entreprises italiennes tenant à profiter de la levée des sanctions.

    Lundi dernier, il a été reçu par son homologue italien, Sergio Mattarella, et a rencontré le chef du gouvernement Matteo Renzi, avec lequel il a assisté à la signature de nombreux accords économiques.

    Selon une source proche des milieux d'affaires, le montant total des contrats devait atteindre jusqu'à 17 milliards d'euros, grâce à la levée des sanctions, le 16 janvier, avec l'entrée en vigueur de l'accord historique sur le nucléaire iranien.

    "Cet accord marque un changement de saison extraordinaire", a déclaré M. Renzi à la presse, tout en souhaitant qu'il ne soit que "le premier pas vers une nouvelle saison de paix et de prospérité pour l'Iran comme pour toute la région".

    "Si nous avons trouvé un accord sur le nucléaire, nous pouvons et nous devons trouver un accord sur la Syrie, en vue d'une solution pacifique qui permettre une transition politique vers la démocratie", a-t-il ajouté.

    ​Quant aux nouveaux contrats, "c'est seulement le début", a insisté le chef du gouvernement italien, soulignant aussi les perspectives d'échanges culturels et universitaires entre l'Iran et l'Italie, "deux superpuissances de la beauté et de la culture".

    "Le marché iranien s'offre aux investisseurs italiens et européens pour leur permettre de s'implanter ensuite dans toute la région", a pour sa part noté M. Rohani, selon la traduction en italien de ses propos en farsi.

    Parmi les entreprises concernées: la société d'exploration et d'ingénierie pétrolière Saipem, le groupe Danieli, spécialiste de la construction d'usines sidérurgiques, la société de construction navale Fincantieri ou encore la compagnie publique des chemins de fer, indique l'AFP.

    Avant la mise en place des sanctions, l'Italie était le premier partenaire économique et commercial de l'Iran avec des échanges de sept milliards d'euros par an. Ils sont tombés depuis à 1,6 milliard.

    Lire aussi:

    Première visite européenne d'un président iranien en 16 ans
    Vers un avenir radieux pour l'Iran?
    En protégeant l’euro, le Président italien court le risque d’être destitué
    Tags:
    accords, nucléaire, sanctions, Hassan Rohani, Matteo Renzi, Italie, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik