International
URL courte
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)
231053
S'abonner

Alors que Kiev affirme que toute visite "non-autorisée" de députés européens en Crimée et dans le Donbass fera l'objet de poursuites pénales suite à la résolution prise par l'APCE, Thierry Mariani conseille de lire attentivement le paragraphe 11 qui, d'après lui, condamne au contraire les gestes de l'Ukraine et de l'UE.

"Je remercie tous les membres de l'APCE d'avoir soutenu l'Ukraine et notre délégation en votant notre amendement selon lequel aucun statut et aucune fonction ne sont en mesure de justifier les démarches transgressant la loi nationale ukrainienne", a indiqué le député de la Rada suprême d’Ukraine (parlement), Gueorgui Logvinski sur son compte Facebook. 

«Российская вата» в ПАСЕ не прошла.ПАСЕ приняла резолюцию о том, что европейские парламентарии, не зависимо от своего с…

Posté par Георгий Логвинский sur mardi 26 janvier 2016

Pourtant, le député français Thierry Mariani (LR), membre de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale estime que M.Logvinski "a pris ses rêves pour des réalités", commentant la résolution dans un entretien à Sputnik. 

D'après lui, la résolution stipule le contraire: "J’y trouve une condamnation de l’attitude de l’Ukraine, puisqu’elle dit clairement que quand on prend des sanctions, on doit en informer les parlementaires, on doit leur donner une possibilité de recours, on doit suspendre l’exécution d’une mesure d’interdiction, tant que la procédure de contestations n’a pas aboutie. C’est le paragraphe 11". 

Pour M.Mariani, "c’est une condamnation totale de ce que fait l’Ukraine".

Le député souligne que les parlementaires français qui ont visité la Crimée n'ont jamais eu vent des sanctions promises par l'Ukraine à leur encontre. "Je ne vois pas en quoi c’est une réussite pour l’Ukraine", constate l'homme politique. 

"On a surtout vu dans ce débat des députes ukrainiens qui étaient s’acharnaient à faire en sorte que les députés ne puissent pas aller voir ce qui se passe réellement en Crimée ou dans le Donbass. C’est-à-dire qu’ils essayent de faire en sorte que cette zone reste une zone grise et que la seule voix qui reste sur cette zone, serait la propagande délivrée par Kiev", explique Thierry Mariani.

Le député affirme aussi qu'il s'agit également d'une résolution qui condamne les pratiques de l’Union Européenne, car c’est l’UE qui a introduit les premières sanctions pour interdire les parlementaires. 

 "Le premier qui a pris ces mesures", c’est l’UE, rappelle-t-il, et de juger nécessaire la relecture du paragraphe 11.

"Je pense à mes amis – le Président de la Douma Sergueï Narychkine, je pense à Leonid Sloutski qui étaient interdits, sans pouvoir se défendre. Or, le paragraphe 11 – c’est une condamnation de l’UE aussi", précise M.Mariani.

Il explique que même si la Russie a pris des mesures similaires, ce n'est qu'en riposte à des sanctions infondées.

L'homme politique français avoue ne pas avoir assisté au débat concernant "une résolution qui enfonçait des portes ouvertes". Thierry Mariani est persuadé que cette résolution ne changera rien.

"…avant l’été je serai avec une autre délégation française de retour en Crimée", promet-il.


Dossier:
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)

Lire aussi:

Les députés de l’APCE se rendant en Crimée seront sanctionnés?
APCE: malgré tout, la Russie doit verser ses cotisations
Le boycott de l'APCE est une décision souveraine de Moscou
La délégation russe prolonge son boycott de l’APCE
L'APCE devrait changer de cible
L'APCE en 2016, avec ou sans la Russie?
Tags:
résolution, députés, sanctions, Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), Gueorgui Logvinski, Thierry Mariani, Lougansk, Crimée, Donbass, Donetsk, France, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook