Ecoutez Radio Sputnik
    Poste de contrôle militaire turc

    Relations dangereuses Turquie-Daech: les USA seraient-ils myopes?

    © AP Photo / Vadim Ghirda
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    49399

    De nombreux pays ont déjà déclaré que la Turquie était impliquée dans la contrebande de pétrole provenant des gisements contrôlés par Daech. Pourtant, Washington continue de faire la sourde oreille.

    Alors que de plus en plus de pays à travers le monde accusent Ankara de financer Daech via l'achat de pétrole provenant des gisements contrôlés par les terroristes, les États-Unis ferment toujours les yeux sur les agissements de ce pays membre de l'Otan.

    "Outre la Russie, on voit que la Syrie, l'Irak, la Grèce et Israël accusent la Turquie d'acheter du pétrole à l'État islamique. Il n'y a que les États-Unis qui ne le voient pas à cause de leur myopie géopolitique", a écrit le président de la commission des affaires étrangères de la Douma (chambre basse du parlement russe) Alexeï Pouchkov sur son compte Twitter.

    Lors d'une rencontre qui s'est tenue mardi à Athènes, le ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon et son homologue grec Panos Kammenos ont déclaré que la Turquie finançait Daech en lui achetant du pétrole.

    À l'issue de la rencontre, le ministère grec de la Défense a publié la déclaration de M.Kammenos.

    "Le fait est qu'une grande partie de la contrebande du pétrole s'effectue sur le territoire turc. Il s'agit d'un financement du terrorisme. Il est nécessaire que la Turquie change sa position et cesse de coopérer avec des terroristes, qu'elle cesse toutes les actions qui posent problème dans la région. Nous espérons que le gouvernement dirigé par Erdogan arrêtera de mener la Turquie vers l'intégrisme islamique et prendra une décision qui soit favorable aux citoyens turcs ainsi qu'à toute la région".

    Le ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon, cité par l'agence Reuters, a lui aussi condamné le financement du terrorisme par le gouvernement turc.

    "Comme vous le savez, la Turquie verse de l'argent à l'EI pour la contrebande du pétrole depuis déjà très longtemps. J'espère que cette pratique prendra fin. Par ailleurs, la Turquie permet aux djihadistes de circuler librement sur son territoire, qui constitue une partie du réseau terroriste de l'EI, et de faire des aller-retours entre l'Europe, la Syrie et l'Irak", a-t-il indiqué.

    En novembre 2015, le président russe Vladimir Poutine a annoncé que la Russie avait en sa possession des preuves que certains membres du G20 étaient impliqués dans la contrebande du pétrole de Daech.

    "Nous venons d'obtenir des informations supplémentaires qui prouvent, malheureusement, que des livraisons pétrolières en quantités industrielles sont effectuées vers la Turquie à partir des territoires contrôlé par l'EI et d'autres terroristes. Tout laisse croire que la décision d'abattre notre chasseur a été dictée par la volonté de sécuriser les circuits de livraisons pétrolières sur le territoire turc", a affirmé le dirigeant russe.

    Fin 2015, le chef de l'Armée syrienne a demandé à la communauté internationale de faire pression sur la Turquie pour qu'elle cesse de soutenir les terroristes, et n'achète plus leur pétrole. Selon le ministre syrien de l'Information Omran al-Zoubi, la Turquie était "irritée" par l'opération russe contre l'Etat islamique en Syrie, Ankara ayant "des relations économiques étroites" avec le groupe terroriste.

    En décembre 2015, l'Irak a exprimé sa volonté de demander au Conseil de sécurité de l'Onu d'enquêter sur la contrebande de pétrole par les terroristes du groupe État islamique.

    "Quand on aura mené une enquête impartiale, le monde entier saura qui est impliqué dans ces activités", a déclaré le porte-parole du ministère irakien du Pétrole Assem Jihad.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Où va le pétrole de Daech?
    Ministre syrien: de "nombreuses preuves" des liens entre Ankara et l'EI
    Poutine: il y a du sang russe dans le pétrole qu'achète la Turquie à l'EI
    L'Irak appelle l'Onu à enquêter sur la contrebande de pétrole
    Armée syrienne: la Turquie fournit des armes contre le pétrole des terroristes
    Tags:
    trafic de pétrole, contrebande, terrorisme, pétrole, Twitter, Etat islamique, Alexeï Pouchkov, Turquie, Grèce, Israël, Syrie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik