Ecoutez Radio Sputnik
Un Su-34 russe

Un autre avion russe dans le ciel syrien gêne la Turquie

© Sputnik. Vladimir Astapkovich
International
URL courte
La Turquie abat un Su-24 russe (183)
1613245916154

Suite aux déclarations turques sur une prétendue violation de l'espace aérien turc par des avions russes, Moscou rejette catégoriquement toute allégation de la part de la Turquie.

Aucune violation de l'espace aérien turc par l'aviation russe en Syrie n'a eu lieu, a déclaré samedi le porte-parole du ministère russe de la Défense Igor Konachenkov.

"Aucune violation de l'espace aérien turc par des avions des forces aérospatiales russes en Syrie n'a eu lieu. Les déclarations turques sur cette prétendue violation par un Su-34 russe sont de la pure propagande", a-t-il martelé.

Les spécialistes turcs en matière de défense antiaérienne devraient être au courant que les radars contrôlant l'espace aérien peuvent enregistrer seulement l'altitude, la direction du vol et la vitesse, a rappelé également le porte-parole.

"Aucun de ces radars n'est capable de déterminer le type ou bien à quel pays appartient tel ou tel avion, à la Russie ou à la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. C'est possible uniquement à condition qu'un contact visuel direct avec un autre avion ait lieu, mais ce n'est pas le cas".

Recep Tayyip Erdogan
© REUTERS/ Presidential Palace Press Office

Il a ajouté que ni la défense anti-aérienne russe en Syrie, ni les radars syriens qui contrôlent l'espace aérien de la Syrie n'ont signalé de violation de la frontière syro-turque. "Sans parler du fait que cela fait déjà longtemps qu'il n'y a plus aucun contact vocal du côté turc avec nos pilotes ", a expliqué M.Konachenkov.

Plus tôt, aujourd'hui, le ministère turc des Affaires étrangères a déclaré qu'un avion de combat des forces aérospatiales russes a violé l'espace aérien de la Turquie, en exhortant la Russie de cesser ces violations.

A cet égard, le ministère a convoqué l'ambassadeur russe à Ankara.

Le 24 novembre, les militaires turques ont abattu un avion russe Su-24, en déclarant qu'il aurait violé l'espace aérien du pays près de sa frontière avec la Syrie. Selon le ministère russe de la Défense, l'avion se trouvait à une altitude de 6.000 mètres et n'a jamais quitté l'espace aérien syrien, ce qui a été confirmé par les systèmes de contrôle objectifs. Le président russe Vladimir Poutine a plus tard annoncé que l'avion avait été abattu au-dessus de la Syrie par un missile air-air tiré depuis un chasseur turc F-16. L'appareil était tombé sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque.

Dossier:
La Turquie abat un Su-24 russe (183)
Lire aussi:
WikiLeaks: Erdogan a épié le Su-24 russe pendant six semaines
Erdogan, le Superman sanglant
Erdogan s'accroche à une série de décisions politiques erronées
Les liaisons dangereuses Erdogan-Daech
Le silence de Washington le rend complice des crimes d'Erdogan
Tags:
violations, espace aérien, Su-34, Igor Konachenkov, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

Tous les commentaires

  • Pol Pot
    sale turc !
  • Dolinduz
    Au point où on en est arrivé avec la Turquie (et la coalition), pourquoi la Syrie (et la Russie !) ne décrète pas une interdiction de vol du ciel syrien à tout avion non agréé par l'état syrien ?

    Demande d'autorisation de survol du ciel syrien, transmission des vols/appareils/horaires/cibles de la part des requérants. Ça permettrait d'y voir plus clair et de savoir qui fait quoi.
    Après tout, si ça n'a pas changé, les russes transmettent bien ses informations à "la coalition". Pourquoi la transparence serait-elle à sens unique ?

    Si ma mémoire est bonne, c'est bien une zone d'interdiction de vol que l'occident avait décrétée en Libye il y a quelques années ?!
  • Dolinduz
    Accessoirement, mister Erdogan, depuis ton exploit, les Su24 sont escortés par des Su30, et les S400 veillent au grain.
  • Bricole
    Ce dont est sûre la Turquie, c'est qu'aucun avion turc n'ose violer l'espace syrien. Autrement c'est du triste blabla...
  • b.tartar
    Le GOLLUM est assis sur un baril de dynamite et si ce baril saute personne ne viendra le secourir même ses amis US, mais bon comme c'est un fou que l'on ne peut raisonner, il faut le laisser dans son délire suicidaire
  • Sans doute Erdogan s'est-il dit qu'il ne risquait rien à faire de nouvelles provocations : il avait déjà détruit son tourisme et son commerce.
    Mais il va falloir qu'il cesse de jouer, parce que je suis sûr que monsieur Poutine est capable de lui répondre d'une manière qu'il n'avait pas prévu et qu'il risque de sentir passer...
  • michel.louis.loncin
    Un coup d'ORDRE des Etats-Unis recherchant DESESPEREMENT un prétexte pour s'en prendre à la Russie !!!
  • Nicolas Fasano
    Une idée à transmettre à Erdogan pour gagner du temps : la Turquie déclare la guerre à la Russie et perd la 1ère manche 9.000 frappes nucléaires à zéro !!!
  • waberi diriyeh
    mais de qequoi parle t'ils les turc violation de l'espace aérien turc par des avions russes,?

    veulent'ils abattre encore une 2 fois les avion ruuse ?ou quoi?
    la turquie commient de fois viole l'espace aérien de la syrie?
    ils parlent de l'espace turc alors que sur la terre syreins les rébellion que la turquie et ces alier les souteinne viole beaucoup des vies humainnes syreins et les masacres?
    la turque n'est un hau parleur utilser part les americain.
  • Dolinduzen réponse àwaberi diriyeh(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
    waberi diriyehwaberi diriyeh,

    Oui, alors que la Turquie ne se gène pas pour violer l'espace aérien grec. A de multiples reprises, depuis longtemps.

    - Le site d'informations « Politico » a publié, en juillet 2015, un article dans lequel il a annoncé, s'appuyant sur les chiffres et les nombres, que les chasseurs de l'aviation turque avaient violé, plus de 2244 fois, l'espace aérien de la Grèce, rient qu'en 2014.
    fr.sott.net/article/26887-La-Turquie-a-viole-2244-fois-le-ciel-grec-Hypocrisie-ou-bien
  • mic.dior
    Les turcs usurpateurs de cette région qu'ils colonisent depuis 1453 devraient dégager de ce pays byzantin et retourner d'où ils sont venus.
  • ygalsky2011en réponse àmic.dior(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
    mic.dior, Tout à fait d'accord ! Que les grecs et les perses reprennent leur territoire et que les turcs repartent d'où ils viennent.
  • bertin.jean-pierre
    L'arête dans la gorge d'Erdogan va l'étouffer,
    c'est l'arête empoisonnée de son crime !
  • rosebudhunteren réponse àmic.dior(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
    mic.dior,
    Bonjour,

    Les deux chacals de la Région" Turquie + Israël "
    La perversion de la Turquie est extrêmement dangereuse.

    Il n'est jamais bon de faire cavalier seul au Proche-Orient. Malgré son positionnement stratégique, la Turquie apparaît plus isolée que jamais dans la région. Sa stratégie en Syrie, qui visait à faire tomber le président Bachar el-Assad à tout prix, l'a obligée à repenser ses alliances.

    En franche opposition avec la Russie sur ce dossier, la Turquie commet l'irréparable aux yeux de Moscou, un « coup de poignard dans le dos », selon les mots du président Vladimir Poutine, en abattant le 24 novembre 2015 un Sukhoi Su-24 de l'armée de l'air russe, provoquant la mort du pilote. Cet épisode, qui a fait craindre le déclenchement d'un conflit armé entre ces deux puissances qui entretiennent une rivalité historique, a considérablement refroidi les relations entre les deux nations. Ankara va se prendre l'ire de Moscou en pleine face, ainsi que toute une série de sanctions.
    La doctrine zéro problème avec les voisins de l'AKP, parti du président au pouvoir, élaborée par Ahmet Davutoglu, le Premier ministre turc, n'est plus d'actualité.
    Les deux pays aspiraient pourtant à de grands projets économiques ensemble, notamment la construction d'un gazoduc paneuropéen, le South Stream, abandonné en 2014, mais aussitôt remplacé par le Turkish Stream, reliant la Turquie et la Russie, à travers la mer Noire. Mais la crise diplomatique entre les deux nations va enterrer leur ambitieux dessein.

    En mal d'alliés orientaux, la Turquie va alors se tourner vers un voisin du Sud qui se complait dans son isolement : Israël.
    Leur inimitié est en passe d'être mise de côté. Pour preuve, depuis le mois de décembre dernier, on a vu le retour des grandes déclarations d'amitié entre les deux pays.

    Leurs relations ont toujours été plutôt bonnes, contrairement aux autres pays à majorité musulmane dans la région.

    Tous les amis dans OTAN de la Turquie sont bien dans l'embarras, car ceux qui voudraient soutenir "ce peuple démocrate" devront être considérés comme des pays soutenant le terrorisme international.

    Turquie - Situation dans le Sud-Est de la Turquie (14 janvier 2016)

    La France condamne l’attentat qui a fait au moins 6 morts et 39 blessés à Cinar près de Diyarbakır.

    Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes.

    La France se tient aux côtés de la Turquie dans la lutte contre le terrorisme.
  • Don Camillo
    La Fédération de Russie devrait arrêter d'urgence d'être transparente et honnête avec une coalition hypocrite et perverse, qui se moque Et des Européens ET de la Russie.
    On ne peut pas rester honnête face à des malhonnêtes, surtout quand il s'agit d'une guerre, sinon on est fichu !
  • jeanbourdil
    Erdogan joue avec le feu. Il va finir par ramasser une tempe...
  • Joseph
    Je ne vois pas quel intérêt la Russie aurait à survoler la Turquie ... J'ai l'impression qu'Erdogan veut juste montrer ses biceps.
  • bondmaurice
    Saloperies de sarrazins !
Afficher les nouveaux commentaires (0)