Ecoutez Radio Sputnik
    Le président turc Recep Tayyip Erdogan

    Erdogan sur le point de mettre la presse turque en échec et mat

    © REUTERS / Kayhan Ozer
    International
    URL courte
    48280
    S'abonner

    Le président turc se montre déterminé à transformer en un processus exemplaire le procès des journalistes de Cumhuriyet qui coupera aux représentants des médias qui ont dénoncé les liens Ankara-Daech, une fois pour toutes, l'envie de faire la lumière sur les actions de leur gouvernement.

    La société turque se trouve prise au piège dans une toile de désinformations, de menaces et d'interdictions créée par le président Erdogan, et voilà qu'il cherche maintenant à mettre fin aux tentatives de ses citoyens de découvrir la vérité sur ce qui se passe à l'intérieur et à l'extérieur du pays.

    Selon la volonté d'Erdogan, le sort de Can Dündar et d'Erdem Gül, qui ont rendu publiques les informations sur les livraisons d'armes de la Turquie aux djihadistes en Syrie, devrait rester gravé dans la mémoire de son peuple en tant que faute inadmissible. Ainsi, en même temps que le verdict sur l'affaire des journalistes sera prononcé le verdict sur la liberté de la presse en Turquie.

    L'acte d'inculpation des journalistes aura une portée bien claire, estime le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung. Ankara se dote d'un droit unique et illimité de cacher ses activités, autrement dit un droit de mentir à son peuple et au monde entier, et chacun qui osera y faire face subira des mesures radicales.

    Curieusement, en commentant l'arrestation des journalistes, M. Erdogan a montré qu'en fin de compte il n'était pas important de savoir quel chargement transportait les camions turcs en Syrie, des armes ou bien de l'aide humanitaire. Il n'a pas non plus nié que les rapports de Cumhuriyet aient été parfaitement fondés, mais il a mis en valeur que ces rapports n'étaient pas destinés au grand public. Pourquoi? Parce que personne n'a le droit de renvoyer au nez du gouvernement ses sales affaires.

    Le procès instaurera à coup sûr de nouveaux standards pour les médias turcs. Une fois MM. Dündar et Gül condamnés, toute intention de trouver la vérité sur les actions de M. Erdogan mordra la poussière, et le pays fera un pas vers la dictature.

    Le rédacteur en chef du quotidien de gauche Cumhuriyet Can Dündar
    © AP Photo / Vedat Arik, Cumhuriyet

    Le rédacteur en chef du journal turc Cumhuriyet Can Dündar et son collaborateur Erdem Gül ont été arrêtés pour avoir révélé les livraisons d'armes à Daech réalisées par les autorités turques. L'enquête à l'égard des journalistes a été initiée sur ordre d'Erdogan.

    En mai 2015, Cumhuriyet avait diffusé des photos représentant des camions turcs transportant des armes destinées aux islamistes syriens. En outre, une vidéo mise en ligne montrait, selon les journalistes, les armes fournies par les autorités turques aux terroristes dans les pays voisins.

    Lire aussi:

    C’est la liberté de la presse que le pouvoir "assassine" en Turquie
    Leader de l’opposition turque: le jour noir pour notre presse est arrivé
    Business Erdogan-Daech: l'Iran fournit des preuves
    Turquie: la température élevée des relations autorités-presse
    Tags:
    journalisme, presse, médias, pétrole, Etat islamique, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik