Ecoutez Radio Sputnik
    Qui tire les ficelles de la presse libre allemande?

    Qui tire les ficelles de la presse "libre" allemande?

    © AFP 2016 Joe Klamar
    International
    URL courte
    181755251

    La presse allemande est soumise aux directives ainsi qu'à la censure rigoureuse de l'élite politique, a confié un ex-employé de la chaîne de télévision allemande ZDF.

    Il arrive fréquemment que des journalistes allemands ne soient pas libres de choisir eux-mêmes les sujets à traiter. En outre, la façon dont les actualités sont présentées est décidée non pas par la rédaction, mais est imposée par les représentants du gouvernement.

    A l'époque de l'unification de la République démocratique allemande avec la République fédérale d'Allemagne – l'Allemagne de l'ouest dans les années quatre-vingt-dix – la direction de la chaîne recevait des instructions d'en "haut", y compris sous une forme écrite, confie Wolfgang Herler, l'ancien chef de la chaîne allemande ZDF à Bonn, interviewé par la radio allemande Deutschlandfunk.

    L'ordre du jour du média changeait au fur et à mesure des évènements survenus sur la scène internationale. Les correctifs ne cessaient cependant d'arriver à la rédaction de la ZDF, ce qui se passe même de nos jours.

    "A cette époque, nous n'avions pas le droit de dire du mal des nouveaux Länder fédéraux. Aujourd'hui, il est interdit de médire au sujet des réfugiés. Ce journalisme gouvernemental fait en sorte que les gens perdent toute confiance en nous", déplore M.Herler.

    Ce n'est pas la première fois que la ZDF est accusée d'être politiquement engagée et d'avoir falsifié ses sujets. La chaîne a récemment diffusé un documentaire sur Vladimir Poutine. Les réalisateurs ont cependant commis une erreur et présenté, en tant que protagoniste du film, un volontaire né à Kaliningrad et ayant prétendument participé aux combats dans le Donbass, aux côtés des milices populaires.

    Appelé Igor dans le film, mais Iouri Labyskin dans la vraie vie, le chômeur de 27 ans est en fait devenu acteur pour le documentaire de la chaîne allemande afin de toucher une rémunération de 50.000 roubles.

    Auparavant, la même chaîne ZDF avait diffusé un reportage fait par un correspondant russe à Ouglegorsk (ville de la région de Donetsk) sur les positions des milices populaires, le présentant comme un reportage de journalistes ukrainiens soi-disant essuyant des tirs.


    Lire aussi:

    Propagande du Kremlin: la vidéo millième degré qui dévoile tout!
    Sept conseils aux élèves kiéviens pour oublier la langue de l'ennemi
    Russie: TV5 Monde recherche propagande désespérément
    McCain: augmenter la propagande pour vaincre la Russie
    Tags:
    liberté de la presse, propagande, ZDF (chaîne de télévision allemande), Vladimir Poutine, Russie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • lacertae
      Même chose pour la presse française. Si moi français, je suis obligé de consulter Spoutnik site russe pour savoir ce qui se passe au niveau international, mais aussi national, c'est qu'il y a quelque chose qui ne tourne pas rond dans notre système d'information. En fait il n'y a qu'à s'informer sur les financements de nos média pour comprendre.
    • Sylvie
      C'est exactement ce qu'il se passe en France, et partout ailleurs en ue. En revanche, ce n'est pas "dire du mal de quelqu'un ou d'un groupe" que le journaliste aurait dû prononcer, mais "rapporter les faits exacts" ce qui est totalement différent.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)