Ecoutez Radio Sputnik
    Patrouille militaire devant l'aéroport international de Bruxelles

    Belgique: plus de 1.000 migrants rentrent bénévolement en Irak

    © REUTERS / Francois Lenoir
    International
    URL courte
    Crise migratoire (785)
    5201

    En 2015, 1.014 migrants irakiens arrivés en Belgique ont opté pour le rapatriement bénévole. Un charter à destination de Bagdad affrété aux frais du royaume a embarqué un premier groupe de 111 personnes.

    "Il s'agit pour la plupart de demandeurs d'asiles déboutés ou en cours de procédure", a précisé Géraldine d'Hoop, responsable des communications de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) pour la Belgique.

    Parmi les 111 premiers, il y a des familles, des femmes, des enfants, des hommes seuls. Après avoir essayé de trouver l'asile en Belgique, ils repartent dans leur pays de manière "volontaire".

    "Il y a eu beaucoup de demandeurs d’asile au mois de septembre, octobre, en provenance d’Irak, surtout de jeunes hommes de Bagdad. Des milliers et des milliers. Maintenant, on voit qu’ils veulent repartir. On a organisé un charter pour la première fois. C’est une primeur européenne, mondiale, explique le secrétaire d'État belge à l'Asile et la Migration Theo Francken. C’est un retour volontaire. Ce ne sont pas des expulsions. Les gens veulent repartir, alors on leur facilite la tâche."

    En ce qui concerne la "primeur européenne", le secrétaire d'Etat se trompe. Des charters affrétés spécialement pour rapatrier des migrants ont été plusieurs fois utilisés par la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la Suède et plusieurs autres Etats européens. Une clause spéciale relative aux charters à des fins de rapatriement fait partie de la base législative de l'espace Schengen. 


    Dossier:
    Crise migratoire (785)

    Lire aussi:

    Bruxelles veut mettre en place des politiques de retour des migrants économiques
    Le Royaume-uni et les migrants: histoire d'un désamour
    La Finlande pourrait expulser 60% de ses migrants
    "L'afflux des migrants risque de provoquer une guerre civile en Europe"
    Tags:
    crise migratoire, migrants irakiens, rapatriement volontaire, Organisation internationale pour les migrations (OIM), Géraldine d'Hoop, Suède, Royaume-Uni, Belgique, Irak, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik