Ecoutez Radio Sputnik
    Le premier ministre britannique David Cameron

    Le Royaume-Uni appelé à "prendre sa part" dans la crise des migrants

    © REUTERS / Kacper Pempel
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    599
    S'abonner

    Plus de 120 économistes, y compris un ex-ministre des Affaires étrangères et le secrétaire général adjoint des Nations unies, ont signé une lettre ouverte appelant le Royaume-Uni à prendre "une part juste et équitable" dans la crise des migrants.

    C'est la première fois qu'un groupe d'économistes des principaux pays du monde attaquent la politique migratoire britannique. Le gouvernement conservateur britannique a convenu d'accueillir 20.000 réfugiés syriens, mais uniquement provenant de camps situés dans des zones frontalières de la Syrie. Pour l'instant, seuls 1.000 réfugiés syriens sont arrivés au Royaume-Uni.

    "Les avantages de la présence d'immigrés doivent être considérés tout le temps", a signalé à Sputnik Guy Standing, un des signataires, professeur d'études du développement à l'École des études orientales et africaines (SOAS) de Londres.

    "Les recherches au Royaume-Uni et en Europe ont montré que les coûts de la migration pour l'économie sont bien inférieurs aux bénéfices. Ils (réfugiés) travaillent plus dur; ils sont plus productifs et fournissent de l'énergie et des idées à la société", a expliqué M.Standing ajoutant que les fanfaronnades de la Grande-Bretagne sont "dégoûtantes".

    Le professeur est convaincu que les pays ayant autorisé un grand nombre d'immigrants à entrer sur leur territoire en ont énormément profité.

    "C'est un test à long terme pour nous en Europe, y compris pour la Russie et l'Europe orientale. Nous parlons d'un petit nombre de réfugiés. Auparavant, nous autorisions toujours plus de gens à venir — et nous ne pouvons pas nous considérer comme une économie faible", constate-t-il.

    "Sale politique"

    Le professeur Standing souligne que c'est non seulement une question morale et humanitaire, mais aussi un enjeu économique.

    "Du point de vue économique, cette politique n'a pas de sens. C'est un sale jeu politique pour appeler les électeurs des partis d'extrême droite à éviter que l'UKIP (Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni) gagne plus de terrain. Les hommes politiques devraient avoir honte — mais ce n'est pas le cas", a indiqué M.Standing pour Sputnik.

    "Méprisable, honteux et insultant"

    Dans une lettre ouverte à David Cameron les économistes jugent qu'il est insuffisant d'installer 20.000 syriens. Les réfugiés devraient être reçus parce qu'ils "ont légalement et moralement droit à une protection internationale, pas pour les avantages économiques qu'ils peuvent apporter".

    "Il est méprisant et honteux de penser que la Grande-Bretagne ne peut autoriser que 4.000 réfugiés par un an. Elle a reçu 80.000 demandeurs d'asile en 2002. Personne n'a remarqué d'impact négatif, ils étaient bien assimilés. Le Royaume-Uni semble se comporter moins bien que tous nos voisins européen", reproche Guy Standing au gouvernement britannique.

    La cause de cette crise migratoire, selon Lawrence King, un des signataires, était l'occupation de l'Irak par les Etats-Unis et le Royaume Uni.

    "C'est un héritage de l'hypocrisie […] L'origine de la crise était l'occupation de l'Irak par les Etats-Unis et le Royaume-Uni — c'était probablement la plus grande cause de la crise migratoire actuelle. La Grande-Bretagne a une responsabilité historique — ainsi que les Etats-Unis — mais ils échappent aux conséquences de l'intervention militaire passé", a expliqué M.King, professeur de sociologie et de politique économique à l'Université de Cambridge.

    Plus d'un million de réfugiés en provenance de l'Afrique et le Proche Orient ont fui en Europe et plus d'un million devraient quitter leurs pays d'origine en 2016.

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    Crise migratoire: Michael Haneke tournera son nouveau film à Calais
    Vers une crise de l’Union européenne ?
    Comment la crise migratoire a influencé les démocraties européennes
    Tags:
    crise migratoire, David Cameron, Royaume-Uni, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik