International
URL courte
12315
S'abonner

Le député allemand Andrej Hunko (Die Linke), porté sur une "liste noire" de Kiev, ne s'est pas rendu, comme prévu auparavant, en Ukraine avec une délégation du Bundestag.

L'expert de l'Ukraine au sein du groupe parlementaire Die Linke, Andrej Hunko, qui avait plusieurs fois séjourné aussi bien dans l'Ouest que dans l'Est de ce pays, faisait partie d'une délégation du Bundestag allemand qui devait se rendre à Kiev. Pourtant l'entrée de ce pays lui a été interdite au dernier moment. Dans un entretien à Sputnik le député a évoqué les raisons de cette interdiction et sa vision de la situation en Ukraine. 

Selon Andrej Hunko les autorités ukrainiennes lui reprochent d'être entré sur le territoire ukrainien depuis la Russie dans le cadre de ses activités de bienfaisance liées à la livraison de médicaments dans l'est de l'Ukraine. Le Service de sécurité d'Ukraine l'a aussitôt porté sur ses listes noires et une enquête judiciaire a été ouverte à son encontre. 

Il a ajouté que son cas n'était pas le premier du genre. Il y a déjà eu des cas de parlementaires entrés sur un territoire non reconnu par la communauté internationale depuis un pays qui le reconnaissait. 

"Mais rendre un verdict contre un parlementaire pour cette seule raison, c'est inouï… Une protestation officielle, ça va. Mais des mesures répressives, d'autant plus contre un parlementaire, c'est du jamais vu". 

"Nous avons examiné cette question au Conseil européen qui a adopté, en dépit des objections de la délégation ukrainienne, une résolution condamnant de telles mesures perturbant le travail des parlementaires", a-t-il ajouté. 

Sur ces entrefaites, le président Porochenko se rend en Allemagne pour évoquer le processus de paix dans l'Est de l'Ukraine qui piétine. A la question de savoir si Angela Merkel devait accroître la pression sur M.Porochenko, Andrej Hunko a répondu que l'heure était venue de le faire. 

Mais de son avis,  les accords de Minsk ne seront pas réalisés. 

"Mes impressions personnelles suggèrent qu'ils ne seront pas réalisés. Dans ce cas de figure, il est nécessaire de prendre des mesures en vue d'empêcher la reprise des combats. Je reçois des renseignements d'après lesquels les deux parties concentrent des armements lourds. Pour le moment, le plus important est de prévenir de nouveaux combats". 

Selon Andrej Hunko, l'Allemagne et l'Europe disent avoir un "plan Marshall" pour l'Ukraine d'un montant de 100 à 200 milliards d'euros. Mais ce plan ne sera lancé que si la partie ukrainienne applique intégralement les accords de Minsk. La rencontre entre le président ukrainien et la chancelière d'Allemagne sera instructive en ce sens.

Lire aussi:

Entretien téléphonique Poutine-Merkel: quoi de neuf en Ukraine?
Le film français "Ukraine: les masques de la révolution" irrite Kiev
L’Ukraine bientôt gouvernée par un Suédois?
L’UE préoccupée par l’absence de réformes en Ukraine
Tags:
interdiction d'accès, Service de sécurité d'Ukraine (SBU), Bundestag, Andrej Hunko, Petro Porochenko, Angela Merkel, Ukraine, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook