International
URL courte
766
S'abonner

Le Parlement algérien se réunit pour voter un projet de révision de la Constitution qui rétablit la limitation à deux du nombre de mandats du président et interdit aux binationaux les hauts postes dans la fonction publique, une mesure qui suscite la colère dans la communauté franco-algérienne.

Ce toilettage de la Constitution a été voulu par le président Abdelaziz Bouteflika dans le but affirmé de "consolider la démocratie" dans le contexte du "printemps arabe" qui a peu affecté l'Algérie.

Réunies en Congrès, les deux chambres du Parlement, dominées par les partisans de M. Bouteflika, devraient adopter sans surprise dimanche le projet qui sera présenté jeudi par le Premier ministre Abdelmalek Sellal. Il n'y aura ni débat, ni nouvel amendement.

"Le Front de Libération Nationale (FLN, ancien parti unique) soutient avec force le projet de révision de la Constitution et va voter oui" et "ne renoncera jamais à son soutien au président Bouteflika", a annoncé mardi son secrétaire général Amar Saadani.

Le texte est en revanche critiqué par l'opposition, dont certains députés boycotteront le vote.

"Cette initiative ne met pas l'Algérie au centre de ses préoccupations mais seulement le régime politique en place dont elle est destinée à protéger les intérêts et l'hégémonie", a dénoncé l'ancien Premier ministre Ali Beflis, adversaire malheureux de M. Bouteflika en 2014 et qui dirige le parti Avant-Gardes des Libertés.

Pour le Front des Forces Socialistes (FFS), "ce projet n'est qu'une continuité du feuilleton de la violence constituitionnelle exercée contre le peuple algérien".

La principale disposition du texte est le rétablissement de la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels. Sa suppression en 2008 avait permis à M. Bouteflika, élu en 1999 puis réélu en 2004, de pouvoir se présenter de nouveau aux présidentielles de 2009 et 2014.

En présentant le projet début janvier, le chef de cabinet de M. Bouteflika, Ahmed Ouyahia, avait expliqué qu'en 2008 le chef de l'Etat avait répondu à un appel du peuple lui demandait de demeurer en poste.

Mais désormais "l'alternance démocratique au pouvoir par la voie des urnes sera (…) confortée à travers la réélection du président de la République une seule fois", a-t-il expliqué.

En 2014, l'annonce d'une nouvelle candidature du chef de l'Etat avait donné lieu à des manifestations, notamment à l'initiative du mouvement Barakat ("Ca suffit"). Il avait réclamé au Conseil constitutionnel une procédure d'empêchement de M. Bouteflika, affaibli par un AVC survenu en 2013, après sa prestation de serment.

Lire aussi:

Alger: vaste manifestation contre le gaz de schiste
Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Tags:
Constitution, Abdelmalek Sellal, Amar Saadani, Ahmed Ouyahia, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook