Ecoutez Radio Sputnik
    Google

    Google déclare la guerre à Daech

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    16191
    S'abonner

    Google a lancé un nouveau projet pilote afin de lutter contre la propagande terroriste et extrémiste sur Internet.

    Désormais, chaque internaute ayant tapé une demande extrémiste dans le moteur de recherche sera dirigé vers des sites anti-radicaux, rapporte le journal britannique Guardian.

    "Nous devrions contenir la propagation de l'information nuisible. En outre, il est très important d'aider les internautes à trouver de l'information appropriée. Chaque fois qu'un utilisateur surfe sur Internet, il est indispensable qu'il tombe sur des communautés susceptibles de lui donner de l'espoir, et non pas sur celles qui sont capables de lui nuire", a relevé le cadre supérieur de Google pour la politique publique et les communications, Anthony House, cité par le quotidien.

    Le projet est censé lutter contre les groupes terroristes sur le Web, dont notamment Daech. Cette initiative de Google a déjà été appuyée par les réseaux sociaux Facebook et Twitter.

    Créé en Irak en 2006, le groupe djihadiste Daech ou Etat islamique a proclamé en juillet 2014 un califat islamique sur les territoires irakiens et syriens tombés sous son contrôle. Le groupe lié à Al-Qaïda, compterait près de 30.000 combattants selon la CIA.

    Connu pour sa cruauté extrême, Daech est considéré comme une organisation terroriste est accusé de crimes contre l'humanité, de crimes de guerre, de nettoyage ethnique et de génocide par de nombreux Etats ainsi que par l'Onu, l'UE, les Etats-Unis ou encore la Ligue arabe.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Un algorithme de Google bat le champion d'Europe de jeu de go
    Google se met au galactique
    Une Google Car verbalisée pour excès de lenteur aux USA
    Tags:
    Twitter, Inc, réseaux sociaux, propagande, terrorisme, djihadisme, Facebook, Inc, Google, Etat islamique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik