Ecoutez Radio Sputnik
    Douane de Moellesulaz vue de la France

    100 milliards d'euros pour rétablir les frontières européennes

    © Flickr/ MPD01605
    International
    URL courte
    33414

    Rétablir le contrôle frontalier entre les pays de l'UE pourrait entraîner une réduction de 100 milliards d'euros du PIB européen selon l'agence économique France Stratégie. A court terme, la France pourrait perdre jusqu'à 2 milliards de dollars.

    Les embouteillages et les atermoiements administratifs provoqués par le rétablissement du contrôle frontalier au sein de l'Union européenne pourraient réduire son PIB de 100 milliards d'euros, estime Jean Pisani-Ferry, chef de l'agence économique auprès du gouvernement français France Stratégie, dont les propos sont repris par le Financial Times.

    Selon l'agence, rétablir un contrôle frontalier entre les 26 pays de l'espace Schengen pourrait faire reculer l'économie du bloc de 0,8% d'ici 2025 par rapport à une situation où les frontières resteraient ouvertes.

    "Les frais à court terme du rétablissement du contrôle seraient conséquents mais limités. Par contre, s'il était établi à titre permanent, cela pourrait avoir un impact à bien plus long terme sur le commerce et les emplois", a déclaré le chef de France Stratégie.

    L'économie française, d'après l'agence, pourrait perdre entre 1 et 2 milliards d'euros soit 0,5% du PIB national à court terme si un contrôle frontalier était remis en place.

    Les touristes pourraient notamment se tourner vers d'autres pays, ce qui risquerait de faire perdre au secteur touristique du pays entre 0,5 et 1 milliard d'euros. De plus, le nombre de Français travaillant en Belgique, en Allemagne, en Espagne, au Luxembourg et en Italie diminuerait de 10 000, ce qui provoquerait une perte d'encore 300 millions d'euros. Le contrôle des camions sur postes frontaliers coûterait encore à Paris 60 à 120 millions d'euros par an.

    Selon Jean Pisani-Ferry, l'UE doit trouver un système plus efficace pour assurer sa sécurité mais "ne doit pas remettre constamment en question le principe de libre-circulation des citoyens". "Il est question de l'homme, mais il a un grand impact sur l'économie", ajoute le chef de France Stratégie.

    Ces derniers temps, de nombreux pays de l'UE étudient la possibilité de renforcer les mesures de sécurité le long de leurs frontières à cause de l'élévation du niveau de menace terroriste et du flux de réfugiés en provenance du Moyen-Orient et d'Afrique. Certains pays, dont la France et l'Allemagne, ont initié l'adoption d'un amendement à l'accord de Schengen qui permettrait, en cas de situation d'urgence, d'organiser des vérifications frontalières.

    A l'heure actuelle le renforcement du contrôle frontalier a été annoncé par l'Autriche, l'Allemagne, le Danemark, la Suède et la France, ainsi que la Norvège qui n'est pas membre de l'UE mais fait partie de l'espace Schengen.

    Après leur réunion du 26 janvier, les ministres de l'Intérieur de l'UE ont préconisé à Bruxelles de restreindre les termes de l'accord de Schengen pendant deux ans.

    L'espace Schengen inclut 26 États, dont 22 sont membres de l'UE. Cet espace est en vigueur depuis 1995 et implique l'annulation du contrôle aux frontières des pays signataires de l'accord.

    Lire aussi:

    Angela Merkel veut supprimer les frontières européennes
    L’espace Schengen au bord de l’abîme
    Migrants: vers de nouvelles frontières européennes?
    L'Europe décide de renforcer "immédiatement" les contrôles aux frontières extérieures
    Tags:
    fermeture des frontières, contrôles, frontière, Europe, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik