International
URL courte
Opération turque contre les Kurdes (67)
521024
S'abonner

La situation dans la ville kurde de Cizre, où plusieurs blessés sont bloqués dans le sous-sol d’un bâtiment suite aux frappes aériennes, a plongé la Turquie dans l’effroi. Les autorités turques ne s’empressent pas d’y apporter une solution.

Une équipe regroupant 132 scientifiques, médecins, hommes de la culture et artistes turcs ont signé la pétition visant à obtenir la permission des autorités turques pour libérer des blessés bloqués dans le sous-sol d'un bâtiment dans la ville kurde de Cizre, dans le sud-est de la Turquie.

L'appel qui porte le titre "L'humanité est en train de mourir sous nos yeux à Cizre" se termine par les mots "Si vous ne les sauvez pas, nous le ferons nous-mêmes ".

​​Un des signataires de la pétition est l'acteur turc Orhan Alkaya, il s'est exprimé dans un entretien accordé à Sputnik au sujet des évènements de Cizre et des motifs l'incitant à signer la pétition, en indiquant que la Turquie est devenue un pays dont les habitants sont forcés de sortir dans la rue avec des drapeaux blancs à la main.

​"Notre pétition représente un simple appel: si l'Etat est incapable d'accomplir son devoir et de sauver ces gens, qu'il ne nous empêche pas de le faire nous-mêmes", s'est exclamé Orhan Alkaya.

Cizre est en partie encerclée par les forces turques qui poursuivent une opération spéciale contre les partisans du Parti des travailleurs du Kurdistan. En profitant de l'occasion du fait que les médias internationaux accordent peu d'attention à cette situation, l'armée turque utilise l'artillerie, des chars et des avions contre la population sans faire la distinction entre civils et terroristes.

​Bien que les médias turcs diffusent l'information sur l'évacuation de la population civile des quartiers occupés par des "terroristes", la réalité est effrayante: 28 personnes sont bloquées dans le sous-sol du bâtiment depuis déjà huit jours suite à l'effondrement d'un immeuble lors des bombardements turcs. Ces gens ne reçoivent aucune aide du gouvernement turc. Les autorités ne cherchent même pas à discuter d'un plan d'évacuation.

​Ankara a déclaré que des véhicules avec de l'aide médicale avaient été envoyés dans la ville, mais dans un contexte de combats permanents les médecins n'ont pas reçu la permission d'entrer dans la ville.

​"Un homme avec une conscience ne peut pas rester indifférent aux gens blessés qui se voient refuser des soins médicaux, en les condamnant ainsi à une mort douloureuse; indifférent au fait que les corps des civils tués dans les fusillades ne peuvent pas être enterrés pendant des semaines et reposent dans les rues. Seuls les gens dépourvus de compassion et de conscience peuvent regarder tranquillement ces images", a déclaré Orhan Alkaya dans une interview à Sputnik.

​Selon l'acteur turc, "l'une des tâches principales du régime totalitaire qu‘est le pouvoir est d'insuffler un sentiment d'anxiété à la population. Voilà ce que nous voyons maintenant — la peur s'est emparée des gens partout".
Dossier:
Opération turque contre les Kurdes (67)

Lire aussi:

Conflit dans le sud-est de la Turquie: une guerre qui "détruit la vérité"
Turquie: 28 Kurdes prisonniers de décombres attendent toujours l'aide d'Ankara
Coups de feu lors d’une course-poursuite à Paris: trois personnes arrêtées
Un destroyer américain viole la frontière russe près de Vladivostok
Tags:
meurtre de civils, conflit, humanité, civils, pétition, militaires, artillerie, char, avions, terrorisme, bombardements, Kurdes, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Cizre, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook