International
URL courte
24123
S'abonner

Les délégations du Royaume-Uni, de l'Allemagne, de la Norvège et du Koweït se sont réunies à Londres afin de collecter 9 milliards de dollars afin de venir en aide à 18 millions de Syriens.

Une conférence des pays donateurs qui réunit des délégations du Royaume-Uni, de l'Allemagne, de la Norvège et du Koweït, s'est ouverte aujourd'hui à Londres. Outre les délégations gouvernementales, elle réunit des représentants des Nations Unies et de plusieurs dizaines d'ONG.

Lors de cette quatrième conférence, les participants entendent collecter 9 milliards de dollars (8.04 milliards d'euros) afin de venir en aide à 18 millions de Syriens.

La conférence se tient en présence du premier ministre britannique David Cameron, de la chancelière allemande Angela Merkel et du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Le gouvernement britannique a déjà promis 1,2 milliard de livres (1,56 milliards d'euros) supplémentaires d'ici 2020 pour aider les victimes du conflit en Syrie.

"Nous avons besoin de plus d'argent pour répondre à la crise et nous en avons besoin maintenant", cite la presse française, reprenant les paroles de David Cameron.

La conférence se tient au lendemain de la suspension des pourparlers de paix sur la Syrie à Genève. Ces dernières ont été suspendues jusqu'au 25 février. Les représentants du gouvernement syrien et de l'opposition ont entamé des discussions sur la crise syrienne le 29 janvier dernier. Les négociations se déroulent conformément à la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'Onu. La première étape des discussions devrait durer près de deux semaines.

Lire aussi:

Genève: l’opposition tente de torpiller les négociations sur la Syrie
La conférence sur la Syrie suspendue jusqu'au 25 février
Syrie: l'armée coupe les voies de ravitaillement des terroristes
L’artillerie turque continue de bombarder la Syrie
Tags:
crise syrienne, aide humanitaire, conférence, David Cameron, Ban Ki-moon, Angela Merkel, Koweït, Norvège, Royaume-Uni, Londres, Syrie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook