International
URL courte
27561
S'abonner

Le documentaire de Paul Moreira "Ukraine - Les Masques de la Révolution", diffusé par Canal+ dans l’émission Spécial Investigation, n'est pas passé inaperçu, provoquant une vive polémique et choquant bon nombre de journalistes ukrainiens et français.

L'ONG ukrainienne "Commission de la déontologie journalistique" (KJE) a envoyé aux collègues français de l'Association pour la préfiguration d'un conseil de presse (APCP) une plainte contre Canal+ et Paul Moreira, qui "se prend pour un journaliste". 

Cette plainte porte sur le documentaire "Ukraine — Les Masques de la Révolution", diffusé par Canal+ dans l’émission Spécial Investigation, et demande de répondre à la question de savoir à quel point les actions du journaliste et du rédacteur de l'émission correspondent aux normes de l'éthique journalistique. 

"Les collègues français se sont déclarés prêts à examiner notre plainte dans le cadre de la coopération au sein de l'Alliance des Conseils de Presse indépendants d'Europe (AIPCE), dont la KJE fait également partie", a déclaré la secrétaire de l'ONG ukrainienne Tatiana Kotioujinskaïa. 

Malgré les protestations de l'ambassade ukrainienne à Paris, Canal + a diffusé le 1er février dernier le documentaire "Les masques de la révolution", qui traite d'un aspect fréquemment méconnu du coup d'Etat ukrainien de 2014, notamment du rôle crucial des milices néo-nazies. 

Il s'agit en l'occurrence des membres des mouvements Svoboda, Pravy Sektor et du régiment "Azov", qui ont constitué le fer de lance de l'insurrection de Maïdan, bien loin d'être de sympathiques combattants de la liberté pro-européens luttant pour la démocratie. Selon l'auteur du film, ce sont des nazis purs et durs, des individus responsables d'un crime de guerre, en l’occurrence du massacre de 42 manifestants pro-russes brûlés vifs à Odessa le 2 mai 2014. 

Bien avant la première diffusion du film à la télévision française, les autorités ukrainiennes ont massivement attaqué son réalisateur Paul Moreira, qui fait tomber les masques de l’Ukraine d’aujourd’hui et enquête aux avant-postes de la nouvelle "guerre froide" entre l’Est et l’Ouest. 

"Ce ne sont que des manipulations primitives (…) qui n'ont rien à voir avec une investigation journalistique", a affirmé sur sa page Facebook l'ambassadeur ukrainien en France Oleg Chamchour.

Lire aussi:

Maïdan : la face cachée d’une révolution
Obama reconnaît que le Maïdan est l'œuvre de Washington
Ukraine: de nombreux drogués parmi les protestataires du Maïdan (FSKN)
Le Pr Raoult visé par une enquête, accusé d'avoir prescrit de l’hydroxychloroquine sans consentement
Tags:
cinéma, documentaire, réalisateur, guerre, Ukraine, les masques de la révolution, Alliance des conseils de presse indépendants d'Europe (AIPCE), Svoboda, bataillon Azov, Secteur droit, Oleg Chamchour, Tatiana Kotioujinskaïa, Paul Moreira, Odessa, France, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook