Ecoutez Radio Sputnik
    Edward Snowden, le masque

    Nouvelles révélations de Snowden sur le renseignement britannique

    © Flickr / mw238
    International
    URL courte
    Espionnage du Web par les services spéciaux américains (274)
    3583

    Activement recherché par le gouvernement américain pour avoir dévoilé des données secrètes de l’agence NSA, le fauteur de troubles Edward Snowden a fait publier sur Internet de nouvelles révélations démontrant que le service de renseignement britannique (GCHQ) avait aussi recueilli une quantité non négligeable de métadonnées.

    Il s'agit en fait d'un livre de 96 pages au format numérique rédigé en 2011 par l'Institut de Bristol, ainsi que d'un document plus court intitulé What's the worst that can happen? (Quelle est la pire des choses qui puisse arriver?, ndlr), publiés récemment en ligne par le site Boing Boing. Les données en question constituent une sorte de "liste de contrôle destinée aux espions en quête de permission pour infecter des ordinateurs ennemis ou leurs réseaux numériques par des logiciels malveillants".

    "Certains problèmes, dont il est question dans ce livre, concernent notamment l'utilisation des signaux de réserve SIGINT (le renseignement d'origine électromagnétique, ndlr) du GCHQ dans le but d'en tirer un avantage cybernétique. Cependant, les chercheurs sont tenus d'être toujours en quête de nouvelles possibilités afin de mettre à jour le dispositif de cybersécurité", souligne le document.

    D'après lesdits fichiers, le Quartier général des communications du gouvernement britannique (GCHQ) se servait largement des métadonnées qu'il avait réussies à collecter grâce à un vide juridique.

    "Il y a de fortes restrictions juridiques et politiques quant à l'utilisation du contenu des données recueillies. En ce qui concerne les métadonnées, nous avons les mains beaucoup plus libres pour les stocker et les utiliser. (…) En outre, il est évident que le volume des données en question dépasse considérablement celui des métadonnées", lit-on dans le document.

    "Ainsi, le flux des métadonnées collectées représente en général un ensemble en vrac, car nous recueillons tous les renseignements disponibles. D'autre part, nous ne traitons d'habitude que le contenu que nous avons intérêt à cibler".

    Un autre passage du document souligne que le service de renseignement est parfaitement conscient qu'une telle collecte de métadonnées est potentiellement peu pratique.

    "Il est à noter qu'en l'occurrence, la détection des faux positifs demeure à un niveau assez bas. Au cas où un analyste aurait trois ensembles de données à traiter, dont un ensemble revêt probablement un intérêt particulier, il aurait certainement le temps de s'acquitter de cette tâche. Mais s'il avait affaire à une liste de 300 ensembles de données, dont cinq présentent un intérêt quelconque, la tâche s'avérerait beaucoup plus difficile".

    De son côté, le GCHQ a préféré s'abstenir de tout commentaire, tout en soulignant que leur travail revêtait un caractère "tout à fait légal".

    Edward Snowden a révélé en juin 2013 l'existence d'un programme informatique secret baptisé PRISM, permettant aux Etats-Unis de surveiller les échanges par mail, messagerie instantanée, téléphone et réseaux sociaux des utilisateurs aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde.

    Suite à ses révélations, M. Snowden est recherché par la justice américaine. En août 2013, il a obtenu l'asile temporaire en Russie avant d'obtenir un permis de résidence de trois ans le 1er août 2014.

    Dossier:
    Espionnage du Web par les services spéciaux américains (274)

    Lire aussi:

    Edward Snowden félicite l'Espagne pour la fin du bipartisme
    Snowden accuse les USA de meurtre de civils en Syrie et en Irak
    Lanceurs d'alerte: l’avocat de Snowden salue la résolution du Parlement européen
    Tags:
    révélations, renseignement, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Edward Snowden, Royaume-Uni, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik