Ecoutez Radio Sputnik
    La Rada Suprême

    Les déclarations d’un ministre ukrainien choquent l'Occident

    © Sputnik. Evgeny Kotenko
    International
    URL courte
    41128719112

    La démission subite du ministre ukrainien du Développement économique Aivaras Abromavicius pourrait avoir des conséquences graves pour le gouvernement ukrainien, selon le quotidien allemand Die Welt.

    Les déclarations du ministre ukrainien Aivaras Abromavicius, qui a démissionné récemment, ont provoqué un choc en Occident, écrit le quotidien allemand Die Welt.

    "En Ukraine, le ministre du Développement économique a présenté sa démission et formulé de sérieuses accusations contre l'entourage de Piotr Porochenko. Son départ est susceptible de provoquer une nouvelle crise dans le pays", constate le journal.

    Lors de son intervention, le ministre devait évoquer l’évolution de la privatisation dans le pays, mais, à la grande surprise de journalistes, il a annoncé sa démission. Ses déclarations exprimaient une grande déception, écrit le quotidien.

    Ancien cadre dirigeant d'un fonds d'investissement suédois arrivé à son poste en décembre 2014, Aivaras Abromavicius, un Lituanien naturalisé Ukrainien, faisait partie des jeunes experts qui menaient les réformes dans le pays. Toutefois, après plus d'une année au poste ministériel, il a compris qu'il était impuissant à venir à bout de la corruption.

    Pour expliquer son départ, M. Abromavicius a dénoncé "une tentative claire d'établir un contrôle sur les flux financiers" en premier lieu au sein de l'opérateur gazier ukrainien Naftogaz, ainsi que dans l'industrie de la défense.

    "Les accusations du ministre se sont avérées sérieuses et sont susceptibles  d’avoir des conséquences très négatives pour le gouvernement ukrainien", écrit le quotidien.

    "Il a fourni à l'opinion publique les preuves que les réformes battaient de l'aile et qu'une partie de la nouvelle élite arrivée au pouvoir après le Maïdan entravait la lutte contre la corruption", ajoute le journal.

    La réaction de l'Occident ne s'est pas fait attendre.

    La directrice générale du FMI Christine Lagarde a estimé que la démission du ministre était une "source d'inquiétude".
    "Si les allégations faites dans sa démission sont exactes, c'est un signe clair que les mesures anti-corruption promises par le gouvernement ne fonctionnent pas encore", a déclaré Mme Lagarde lors d'une conférence de presse "virtuelle" diffusée sur le site du FMI, qui est le principal bailleur de fonds de l'Ukraine. 

    Les ambassades de l'Allemagne, de la France, des Etats-Unis et de sept autres pays, se sont déclarées, dans une déclaration conjointe, "profondément déçues" par la démission du ministre qui, selon elles, a réussi à obtenir des résultats réels lors de la mise en place des réformes en Ukraine.

    Lire aussi:

    "L'Ukraine est une source de revenus pour Porochenko"
    Ukraine: le ministre de l'Economie claque la porte et dénonce la corruption
    Porochenko désigne le coupable de la corruption en Ukraine
    Tags:
    démission, Fonds monétaire international (FMI), Aivaras Abromavicius, Christine Lagarde, Occident, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik