Ecoutez Radio Sputnik
    Prague

    Scandale! Prague refuse de se plier à la volonté de Washington!

    © Sputnik . Alexey Danichev
    International
    URL courte
    571252

    La République tchèque s'est enfin comportée comme un pays souverain en refusant d'extrader vers les Etats-Unis deux personnes accusées par la justice américaine.

    L'ambassade américaine à Prague s'est déclarée "choquée" par le refus des autorités tchèques d'extrader vers les Etats-Unis un Ukrainien d'origine libanaise et un Ivoirien soupçonnés de trafic d'armes.

    "Nous sommes choqués par la décision du gouvernement tchèque de libérer Ali Fayad et Khalid Marabi", lit-on dans une déclaration de l'ambassade publiée jeudi soir. Selon la mission diplomatique américaine, les deux intéressés "sont accusés par une cour fédérale des Etats-Unis de tentative d'assassinat de fonctionnaires gouvernementaux américains".

    Plus tôt jeudi, le ministre tchèque de la Justice Robert Pelikan avait annoncé aux journalistes son refus d'extrader Ali Fayad et son complice Khalid Marabi vers les Etats-Unis. Mieux, il avait même signé une ordonnance de libération. Le ministre tchèque de la Défense, Martin Stropnicky a pour sa part indiqué que le refus d'extrader Fayad était une condition de la libération de cinq ressortissants tchèques enlevés en juillet 2015 au Liban et détenus dans ce pays.

    Le char US M1A1 Abrams (Archives)
    Joseph A. Lambach, U.S. Marine Corps/ Wikipedia
    Ali Fayad et ses deux complices ont été interpellés par la police tchèque au printemps 2014 dans un hôtel de Prague après une rencontre avec des agents du FBI qui se faisaient passer pour des membres de l'organisation terroriste colombienne FARC. Cette rencontre aurait porté sur le trafic de cocaïne vers les Etats-Unis et l'achat d'armes pour la lutte contre les militaires américains en Colombie.

    Selon Robert Pelikan, le refus d'extrader Fayad et Marabi est une "décision politique". Le premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka a pour sa part soutenu cette décision et a appelé Washington à respecter la législation tchèque.

    L'agence Sputnik a demandé à l'avocat Jiří Vyvadil, ex-vice-ministre de la Justice et ancien juge de la Cour administrative tchèque, de commenter la démarche de Prague.

    "J'ai éprouvé hier une grande fierté en apprenant que mon pays avait résisté aux Etats-Unis. Je suis fier de constater que malgré les sentiments pro-américains qui règnent dans notre société, la République tchèque s'est comportée comme un véritable Etat souverain", a déclaré Me Vyvadil.

    "Je tiens à souligner que l'ambassadeur des Etats-Unis à Prague, Andrew Schapiro, est un homme d'une rare arrogance. Il est le pire ambassadeur américain jamais envoyé en République tchèque. Sa réaction impulsive à la décision du ministre tchèque de la Justice et ses propos selon lesquels il était «choqué» ne conviennent pas à un diplomate de son rang", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Selon lui, l'ambassadeur américain a visiblement oublié que la République tchèque était un Etat souverain.

    "Peu à peu, les Tchèques commencent à défendre leurs intérêts nationaux aussi bien au sein de l'UE que dans leurs relations avec les Etats-Unis et sur la scène internationale. Nous devons enfin comprendre que notre orientation unilatérale vers l'Occident n'est pas seulement humiliante, mais aussi irraisonnable. Le pragmatisme nous suggère de nous tourner vers la Russie. Bref, la journée d'hier a été très réussie pour la souveraineté tchèque! Même si Prague a été quelque peu contraint d’opposer un refus aux Etats-Unis du fait des conditions de libération de nos cinq compatriotes détenus au Liban", a conclu Me Vyvadil.

    Lire aussi:

    République tchèque: le gouvernement réduit les pouvoirs présidentiels
    La République tchèque accueillera des exercices de l'Otan
    Etats-Unis: Prague appelle à ne pas confondre les Tchèques et les Tchétchènes
    Acte 19 des Gilets jaunes: une femme âgée blessée sérieusement à Nice (images)
    Tags:
    extradition, refus, FARC, FBI, Robert Pelikan, Andrew Shapiro, Bohuslav Sobotka, République tchèque, Prague, Liban, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik