Ecoutez Radio Sputnik
    Carnaval à Cologne

    Témoignage: une journaliste belge agressée en plein carnaval de Cologne

    © REUTERS/ Wolfgang Rattay
    International
    URL courte
    27216

    La journaliste RTBF Esmeralda Labye a été victime d’une agression à caractère sexuel alors qu’elle couvrait le carnaval de Cologne.

    La journaliste de la RTBF (Radio-télévision belge de la Communauté française) Esmeralda Labye a été victime d'une agression sexuelle alors qu'elle tournait un reportage en direct de Cologne. Des jeunes se sont approchés d'elle durant le tournage, lui ont chuchoté des choses à l'oreille et lui ont adressé des gestes obscènes.

    "Le carnaval en lui-même s'est très bien passé. Le souci que nous avons eu c'est lorsque nous avons pris l'antenne en direct à 13h pour le journal télévisé, donc il y a quelques énergumènes derrière moi qui ont commencé un petit peu à faire les imbéciles, bon cela arrive régulièrement quand il y a des carnavals, des matchs de foot ou des fêtes où l'alcool coule à flot. Mais hier il y a eu des débordements, parce que clairement il y a eu une agression à caractère sexuelle et des gestes totalement inappropriés", a raconté à Sputnik Mme Labye.

    La RTBF et la journaliste ont déjà déposé une plainte auprès de la police de Cologne et ont reçu les excuses de la mairie de Cologne, laquelle a promis d'apporter, si nécessaire, une protection policière à la journaliste.

    "J'ai reçu des excuses officielles des directeurs de la police, de la Maire de Cologne, de l'ancien Maire de Cologne, c'était assez hallucinant, je veux dire personne n'a essayé de minimiser l'affaire, personne n'a essayé de me dissuader de porter plainte", a poursuit la journaliste.

    Mme Labye a précisé que ses agresseurs "avaient des bons profils d'Allemands, ne parlaient qu'allemand, avaient peut-être moins de 25 ans, étaient très alcoolisés, étaient déguisés" et que pour elle "ils étaient de Cologne même".

    Répondant à la question de savoir si ce genre d'agressions pourrait se reproduire, la journaliste a admis que tout était possible. "On n'est pas un pays à l'abri des agressions, ce n'est pas lié à un pays, ce n'est même pas lié à une nationalité, c'est lié à un sexe et en l'occurrence le sexe masculin".

    La RTBF a pris la décision "de limiter la diffusion des images de ces comportements dégradants vis-à-vis de (leur — ndlr) collègue", selon les médias locaux.

    L'interlocutrice de Sputnik a également raconté qu'elle n'avait interrogé que des femmes pour s'enquérir de leur état d'esprit après les événements du réveillon du Nouvel an à Cologne au cours duquel des centaines de femmes ont porté plainte pour agression sexuelle.

    "J'ai fait une dizaine d'interview de femmes, et je n'en ai pas une qui m'a dit qu'elle avait peur et au contraire elles disaient toutes on doit s'amuser parce qu'on doit continuer à vivre notre vie, en plus c'est notre journée ce jeudi 4 février, c'est le carnaval des femmes", a-t-elle fait remarquer.

    Les événements qui se sont produits début janvier à Cologne ont déclenché une vague d'indignation dans le monde entier. Une série d'agressions sexuelles commises par des jeunes "d'apparence arabe ou nord-africaine" a eu lieu dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier. La police a reçu près de cinq cents plaintes de la part de victimes d'agressions.

    Lire aussi:

    A Cologne, un carnaval sous haute sécurité en perspective
    Harcèlements de Cologne: Pegida prépare une réponse
    Après Cologne, les Allemandes apprennent à frapper les points sensibles
    Sécurité à la gare de Cologne: un ex-policier fait le buzz
    Tags:
    journalisme, agressions sexuelles, carnaval, RTBF, Esmeralda Labye, Cologne, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik