Ecoutez Radio Sputnik
    Federica Mogherini

    Federica Mogherini propose son aide à la Libye

    © AFP 2019 Thierry Charlier
    International
    URL courte
    13222

    Pour chasser les terroristes de Libye, il faut commencer par créer un gouvernement d'unité nationale dans ce pays, estime la chef de la diplomatie européenne.

    L'UE envisage d'élargir le mandat de "Sophia", l’opération de lutte contre les trafiquants en Méditerranée au large des côtes libyennes, en vue de combattre le groupe terroriste Etat islamique (EI ou Daech), a déclaré Federica Mogherini, Haute Représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

    Selon elle, l'Union européenne étudie la possibilité de passer à la troisième étape de l'opération Sophia (ex-Eunavfor-Med) "dès que les autorités libyennes le jugeront nécessaire". Cette phase prévoit notamment d'organiser une formation militaire des garde-côtes libyens, mais il faut d'abord qu'un gouvernement d'unité nationale soit créé en Libye.

    La situation en Libye fait l'objet de discussions permanentes entre les ministres de la Défense de l'UE, mais aussi au niveau de l'Otan et de l'Onu, a noté Mme Mogherini.

    Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a annoncé vendredi que la Libye comptait déjà entre 3.000 et 5.000 terroristes de Daech.

    Lancée le 22 juin 2015, l'opération Sophia (anciennement appelée EUNAVFOR MED) était initialement destinée à surveiller les réseaux de passeurs de migrants opérant depuis les côtes libyennes. Le 7 octobre dernier, l'opération est passée à une phase plus offensive, lui permettant d'arraisonner les bateaux, de les fouiller et de les saisir, mais seulement dans les eaux internationales.

    Lire aussi:

    Situation en Libye: la Maison Blanche dans l’impasse
    Une jeune Belge décapitée par Daech en Libye
    Fabius: la France n'interviendra pas militairement en Libye
    Tags:
    garde-côtes, lutte antiterroriste, opération Eunavfor-Med (Sophia), Etat islamique, Laurent Fabius, Federica Mogherini, Méditerranée, Libye
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik