Ecoutez Radio Sputnik
    Une photo prise le 3 février 2016 montre des fumées enveloppant le quartier de Sur, à Diyarbakir, après des affrontements entre l'armée turque et les milices kurdes

    Affrontements entre armée turque et milices kurdes à Diyarbakir

    © AFP 2019 Ilyas Akengin
    International
    URL courte
    Opération turque contre les Kurdes (67)
    22328
    S'abonner

    Le centre de la ville turque de Diyarbakir est actuellement le théâtre d'affrontements violents entre les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et les forces armées turques.

    Sur, quartier central de Diyarbakir qui abrite des monuments historiques datant du IVe siècle avant J.-C., est secoué ce samedi par des combats entre les rebelles kurdes et l'armée turque. Les belligérants utilisent des mitrailleuses et des pièces d'artillerie. Plusieurs ambulances sont arrivées sur les lieux pour secourir les blessés.

    Selon le maire de Diyarbakir, sur les 70.000 habitants de Sur, 50.000 ont quitté leurs foyers.

    En décembre dernier, les autorités turques ont décrété un couvre-feu dans plusieurs régions du sud du pays où des affrontements violents opposent depuis plusieurs mois les forces d'Ankara aux milices du PKK.

    Selon l'état-major turc, plus de 750 combattants kurdes ont été tués depuis mi-décembre. De leur côté, les militants kurdes affirment que la plupart des victimes sont des civils.

    Créé en 1978 pour réclamer l'indépendance des territoires peuplés par des Kurdes, le Parti des travailleurs du Kurdistan est considéré par les autorités turques comme une organisation terroriste.

    Dossier:
    Opération turque contre les Kurdes (67)

    Lire aussi:

    L'égalité homme-femme votée au Kurdistan syrien
    Irak: le Pentagone va déploier une nouvelle base au Kurdistan (agence)
    Kurdistan: apporter une solution négociée au problème kurde (Barzani)
    Tags:
    combat, émeutes, Forces armées de la Turquie, Kurdistan, Diyarbakir, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik