Ecoutez Radio Sputnik
    Patrouille turque à la frontière syrienne

    35.000 réfugiés syriens bloqués à la frontière turque

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    32184
    S'abonner

    Le nombre de réfugiés syriens coincés à la frontière turque ne cesse de croître. Ces dernières 48 heures, environ 35.000 Syriens fuyant les villes d'Alep et de Hama en proie à des combats sont bloqués devant un poste-frontière au sud de Kilis, en Turquie.

    Les gardes-frontières ne laissent entrer que des malades, des blessés graves et des mères avec enfants en bas âge. Les gens passent des journées entières dans les files d'attente. Ils souffrent de pénurie d'eau et de nourriture. Tous sont furieux et craignent de ne pas être admis en Turquie.

    Un réfugié témoigne: 

    "Nous avons abandonné notre village pris par les djihadistes de Daech. Nous avons réussi à fuir et à atteindre la frontière avec la Turquie".

    Un autre a raconté que pendant deux jours il attendait la possibilité de franchir la frontière et devait dormir à même le sol, sur le sable.

    "Hier, un bébé de quatre mois est mort. Est-ce normal?", demande-t-il. 

    D'après diverses estimations, à l'heure actuelle, entre 70.000 et 80.000 réfugiés syriens se trouvent sur le territoire de la Turquie. Ils sont installés dans 14 camps.

    En novembre dernier, Ankara a conclu un accord avec l'UE, promettant de réduire le flot de réfugiés en échange d'une aide de 3 milliards d'euros afin de gérer la crise de l'immigration.

    Tout récemment, la Turquie a demandé à l'UE de presque doubler le montant de son aide financière et de le porter à 5 milliards, exigence qui, pour le moment, se heurte à un refus.


    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    L'UE est "loin d'être satisfaite" d'Ankara
    Quand Ankara aggrave la crise migratoire
    la Turquie se préparerait à une invasion militaire en Syrie
    Tags:
    crise migratoire, migrants, frontière, réfugiés syriens, Etat islamique, Turquie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik