Ecoutez Radio Sputnik
    Sodats de l'armée syrienne près du village de Morek.

    Toute ingérence de Riyad dans le conflit syrien tournera en catastrophe

    © AP Photo / Alexander Kots / Komsomolskaya Pravda
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    79884

    L'éventuel envoi de troupes terrestres saoudiennes en Syrie enfoncera davantage le Proche-Orient dans le chaos car il est clair que l'objectif de cette intervention n'a rien à voir avec la lutte contre l'organisation terroriste Daech.

    L'intention de l'Arabie saoudite de s'ingérer dans le conflit syrien a provoqué un choc chez toutes les parties intéressées par le règlement dans ce pays proche-oriental et a poussé les Etats-Unis de se poser des questions sur leur soutien à Riyad, écrit le quotidien allemand Die Welt.

    Washington a déclaré qu'il était prêt à soutenir tous ses alliés dans la lutte contre Daech, mais a refusé de commenter les intentions des Saoudiens. L'Occident se rend parfaitement compte du fait que toute ingérence de l'Arabie saoudite dans le conflit ne fera que compliquer la situation en Syrie, souligne l'auteur de l'article.

    L'envoi de troupes terrestres sans le feu vert de Damas constituera une violation du droit international. Or, il est clair que personne n'octroiera ce droit à l'Arabie saoudite, indique l'édition.

    La monarchie du Golfe étant l'une des principales sources de financement et de livraisons d'armes aux rebelles islamistes, elle est le principal "auteur" du conflit syrien. En outre, la Russie et l'Iran, pays qui prennent une part active au règlement du conflit, n'accepteront jamais la présence du contingent saoudien sur le sol syrien.

    Pour l'Iran chiite, les monarques saoudiens, qui ont tâché pendant des décennies de propager dans le Proche-Orient une idéologie sunnite radicale, sont l'incarnation du mal par excellence. En outre, les succès enregistrés par l'armée syrienne régulière dans la lutte contre les extrémistes sont extrêmement importants pour Moscou et Damas. Quant à l'ingérence de Riyad, elle risque de réduire à néant tous les efforts conjoints, souligne l'auteur de l'article.

    Damas ne croira jamais que Riyad souhaite dépêcher ses troupes en Syrie pour combattre les terroristes de Daech. D'ailleurs, même la communauté internationale a de forts doutes à ce sujet. Le scénario le plus probable est que la monarchie soutiendra les insurgés, enfonçant davantage la région dans le chaos, conclut l'édition.

    Le ministère saoudien de la Défense a déclaré jeudi dernier qu'il était prêt à déployer des troupes terrestres en Syrie pour combattre le groupe terroriste Etat islamique.

    Bahreïn s'est aussi dit prêt samedi à envoyer un contingent terrestre en Syrie dans le cadre de l'opération que la coalition internationale dirigée par Washington mène contre le groupe terroriste Daech en Syrie.

    Le ministre syrien Walid Mouallem a annoncé samedi que tout lancement d'une opération terrestre en Syrie sans le feu vert de Damas serait un "acte d'agression".

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Otan: Moscou remet les pendules à l'heure concernant la crise en Syrie
    Opération terrestre en Syrie: Damas exige d’être consulté
    150.000 soldats saoudiens prêts à affronter Daech en Syrie
    L’Arabie saoudite pourrait envoyer des troupes au sol en Syrie
    Tags:
    opération terrestre, conflit, terrorisme, Etat islamique, Arabie Saoudite, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik