International
URL courte
4332
S'abonner

En 2015, le gouvernement tchèque a payé 6 millions de dollars pour la libération de deux de ses citoyennes prises en otages au Pakistan en 2013.

"Antonie Chrastecka et Hana Humpalova sont rentrées à la maison en mars 2015 après deux ans en captivité. Le gouvernement a consenti à conclure un accord avec les terroristes", a annoncé l'hebdomadaire tchèque Respekt édité à Prague.

Les deux jeunes femmes, étudiantes en psychologie, étaient retenues captives dans la province pakistanaise du Baloutchistan par des nomades ne reconnaissant pas le pouvoir central. Les touristes sont arrivées dans la province depuis l'Iran situé à proximité immédiate.

C'était le premier cas où des terroristes ont demandé de payer une rançon pour des citoyens tchèques.

La décision de satisfaire les demandes des kidnappeurs a été prise à l'échelle du Conseil de sécurité d'Etat ralliant le premier-ministre et des représentants des organes chargés de la sécurité publique tchèque.

"La discussion n'était pas simple. Néanmoins, personne ne voulant assumer la responsabilité de la mort des jeunes femmes, la décision positive a été prise à l'unanimité", a fait savoir un participant aux négociations. Initialement, les terroristes avaient demandé une rançon d'un montant de 10 millions de dollars.

Fait curieux, une des deux jeunes femmes, Hana Humpalova, a eu du mal à s'adapter de nouveau à la vie dans son pays natal et a même essayé de revenir auprès de ses ravisseurs à l'automne 2015, indiquent les services secrets tchèques. La jeune femme, s'étant pendant sa captivité convertie à l'islam, a été interpellée à la frontière turque et transférée en République tchèque.

Lire aussi:

Allemagne: des djihadistes identifiés parmi les réfugiés
Daech diffuse une vidéo montrant ses kamikazes de Paris
Daech confirme la mort du terroriste Jihadi John dans une frappe de drone
Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, plus de 10 morts et 100 blessés - images
Tags:
services secrets, islamisation, ravisseurs, prise d'otages, Antonie Chrastecka, Hana Humpalova, Pakistan, République tchèque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook