Ecoutez Radio Sputnik
    l'île de Guernesey

    Une île anglo-normande officiellement xénophobe

    © Flickr/ Thierry Leclerc
    International
    URL courte
    Crise migratoire (787)
    2330

    Afin de ne plus accueillir de réfugiés venant du Proche-Orient, l'île de Guernesey se déclare officiellement xénophobe en raison de l'islamophobie ambiante partout sur l’île.

    L'île anglo-normande de Guernesey a refusé d'accueillir un quota des 20.000 réfugiés actuellement dans des camps en Turquie, en Jordanie ou au Liban, rapporte The Independent. Le premier ministre de Guernesey Jonathan Le Tocq, qui ne fait pas dans le politiquement correct, a averti que les réfugiés pouvaient faire face à une attitude défavorable de la part de certains résidents sur les îles.

    "Il y a bien sûr beaucoup d'islamophobie et de négativité sur l'île, et il serait difficile pour nous de garantir leur (des réfugiés) sécurité et leur stabilité ici, à Guernesey", a déclaré ce week-end Jonathan Le Tocq, qui propose de réinstaller les réfugiés syriens dans les autres parties du Royaume.

    Les édiles de Saint-Hélier comme de Saint-Port-Pierre estiment que cet afflux potentiel ne peut que perturber la tranquillité d'un lieu qui respire la prospérité.

    Les îles sont totalement autonomes en matière de politique intérieure, mais la décision du premier ministre a été jugée "regrettable" par le ministère des Affaires étrangères ainsi que la plupart des locaux, qui éprouvent de la compassion envers les réfugiés syriens.

    "La déclaration de Le Tocq est honteuse au vu de notre histoire", a déclaré Eddie Pack, un responsable d'une ONG de Guernesey récoltant des fonds pour aider les réfugiés syriens.

    Le gouvernement britannique a déclaré que le Royaume-Uni avait fourni 230.000 livres sterling (333.592 dollars US) aux agences qui apportent de l'aide humanitaire en Syrie et aux alentours.

    Avec cette décision, Guernesey emboîte le pas de son homologue, l'île de Jersey. L'île de Man, située en mer d'Irlande, a choisi pour sa part la démarche inverse, ses résidents se disant prêts à accueillir une centaine de réfugiés.

    Dossier:
    Crise migratoire (787)

    Lire aussi:

    Payer les migrants moins cher? Le "modèle suédois" sous haute pression
    Viol collectif en Belgique: deux Belges et cinq migrants irakiens interpellés
    Les Européens, des migrants comme les autres?
    Tags:
    islamophobie, xénophobie, crise migratoire, migration, Jonathan Le Tocq, île de Guernesey, île de Man, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik