Ecoutez Radio Sputnik
    Des ruines en Syrie

    Syrie: l’aide humanitaire, une nouvelle arme de guerre

    © REUTERS / Mohammed Badra
    International
    URL courte
    21542
    S'abonner

    L’aide humanitaire pour les Syriens qui souffrent de la guerre dans leur pays reste insuffisante et, d’ailleurs, est menacée d’être utilisée comme un moyen supplémentaire pour la prolongation du conflit.

    Selon le rapport de l'organisation civile Oxfam, plusieurs pays qui participent aux programmes d'aide transmettent une partie très modérée de leurs capacités financières aux Syriens.

    Des pays comme l'Allemagne, les Pays-Bas, la Suède et le Royaume-Uni continuent d'octroyer des sommes considérables, mais le Qatar, l'Arabie saoudite et les Etats-Unis ne donnent à la population en crise qu'une petite partie de ce qu'ils peuvent donner en réalité.

    Daniel Gorevan, un des auteurs du rapport et chef de la campagne d'Oxfam pour la crise syrienne, s'exprime à ce sujet dans un entretien accordé à Sputnik.

    Selon lui, la troisième année d'aide humanitaire pour la Syrie était très pauvre du point de vue des ressources financières. Il s'agit d'une tendance, en absence d'une aide purement collective de la part des pays riches envers les Syriens dont les conditions de vie s'aggravent chaque jour. L'interlocuteur de Sputnik espère que certains changements positifs pourraient avoir lieu suite à la conférence de Londres.

    "Comme la violence continue de se renforcer, il y a beaucoup plus de gens qui ont besoin d'assistance. Si vous étudiez la nécessité humanitaire à l'intérieur de la Syrie, vous allez voir que l'aide et le financement ne représentent qu'une partie du problème. Il s'agit de niveaux extrêmes de violence auxquels les gens sont confrontés quand ils sont soumis aux bombardements ou quand ils représentent des cibles de guerre", explique le responsable.

    M.Gorevan souligne également que malheureusement, l'aide humanitaire qui arrive en Syrie est soumise à la menace d'être utilisée comme une arme supplémentaire. Les ressources peuvent être bloquées dans leur transfert à la population et ainsi représenter un instrument de pression.

    Lire aussi:

    La Turquie et l'Arabie saoudite ont déjà un pied en Syrie
    Erdogan paye le prix fort pour avoir flirté avec les radicaux en Syrie
    Genève: l’opposition tente de torpiller les négociations sur la Syrie
    L’artillerie turque continue de bombarder la Syrie
    Tags:
    crise syrienne, aide humanitaire, Oxfam, Daniel Gorevan, Proche-Orient, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik