International
URL courte
21210
S'abonner

Le gouvernement américain a inculpé la veuve d'un dirigeant de Daech en Irak pour collaboration aux activités criminelles ayant entraîné la mort de Kayla Mueller, une citoyenne américaine.

La femme a été retenue captive et a plus d'une fois été violée par le chef de l'EI Abu Bakr al Baghdadi, annonce le Ministère américain de la Justice.

Le gouvernement accuse les proches collaborateurs du dirigeant: Umm Sayyaf et son époux Abu Sayyaf, auparavant chargé des médias et qui occupait le poste de "ministre du Pétrole et du Gaz". En mai 2015, Abu Sayyaf a été neutralisé au cours d'une opération spéciale, mais son épouse est actuellement détenue dans une prison irakienne.

Lors d'un interrogatoire auquel participaient des agents du FBI, la femme a reconnu que sa famille appartenait à l'organisation irakienne "Al-Qaida" qui est ensuite devenu l'Etat-Islamique. La terroriste a également avoué qu'elle était responsable des esclaves sexuelles.

Les Etats-Unis ont déclaré qu'ils soutenaient la procédure pénale intentée contre Umm Sayyaf par le gouvernement irakien, et se sont dit également prêts à coopérer avec la justice irakienne. Etant donné que la victime était d'origine américaine, l'accusation a été portée au nom des Etats-Unis.

"Nous allons demander justice pour Kayla et pour toutes les victimes du terrorisme", a annoncé le procureur adjoint du département américain de la Justice John Carlin. Si Sayyaf est reconnue coupable, elle risque l'emprisonnement à perpétuité.

Des jeunes combattants de Daech près de la ville de Mossoul en Irak. Archive photo
© AP Photo / Militant website via AP

Kayla Mueller, âgée de 26 ans, née en Arizona, travaillaient au Moyen-Orient depuis l'année 2012. En août 2013, alors qu'elle quittait Alep, elle a été enlevée par les terroristes. Au cours de son emprisonnement, elle a été torturée et sexuellement agressée.
En février 2015, des médias liés à la faction extrémiste ont annoncé la mort de l'Américaine lors du bombardement irakien de la ville de Raqqa, la soi-disant "capitale" de l'Etat Islamique sur le territoire syrien.

 

Lire aussi:

Le Canada cesse ses frappes contre Daech
L'Irak utilisera de nouvelles armes pour reprendre Mossoul à Daech
Le Pentagone publie des photos de sévices sur des détenus en Irak et Afghanistan
Irak: "l'heure est venue" pour un référendum sur un Etat kurde
Tags:
Abou Bakr al-Baghdadi, esclavage sexuel, Al-Qaïda, Etat islamique, Raqqa, Proche-Orient, Syrie, Irak, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook