Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolas Maduro

    Nicolas Maduro veut prendre d'assaut Facebook

    © AP Photo / Ariana Cubillos
    International
    URL courte
    5201
    S'abonner

    Confronté à une crise économique rampante, le président vénézuélien veut étendre sa présence sur les réseaux sociaux.

    Nicolas Maduro a promis de publier des messages quotidiens sur sa page Facebook suivie par plus de 140.000 utilisateurs.

    "J'invite tout le monde sur mon Facebook que je vais gérer de façon quotidienne dès aujourd'hui", a écrit le dirigeant vénézuélien.

    ​Dans sa note du 9 février, M.Maduro a annoncé s'être entretenu avec le vice-président exécutif de la République Aristóbulo Istúriz, nommé à ce poste le 6 janvier 2016. Il a également exprimé son espoir de bâtir une "économie efficace" en coopération avec ses "millions de compatriotes".

    Depuis sa publication, le post a recueilli près de 6.500 mentions "j'aime". Depuis 2013, le successeur de l'emblématique Hugo Chavez gère un compte Twitter avec plus de 2,7 millions d'inscrits.

    Le Venezuela figure actuellement au top du classement des pires économies mondiales dressé par l'agence Bloomberg. L'inflation affiche des taux vertigineux (141,5 % en septembre 2015), tandis que la population souffre d'un déficit de produits alimentaires et de première nécessité. Le pays, qui possède les plus vastes réserves de pétrole de la planète, est particulièrement touché par la baisse des cours du brut qui lui apporte 96% de ses devises.

    En janvier, Nicolas Maduro, élu au poste présidentiel en 2013, a proposé de décréter l'"état d'urgence économique" dans le pays pour une période de 60 jours. Cependant, l'opposition vénézuélienne, qui détient la majorité au sein du parlement, a rejeté cette initiative.

    Lire aussi:

    Opep: le Venezuela demande une réunion d'urgence
    Le Venezuela au pied du mur
    Venezuela: Maduro hostile à la dollarisation de l’économie nationale
    Washington se déclare ouvert à un dialogue constructif avec le Venezuela
    Tags:
    prix du pétrole, déficit, crise économique, politique, réseaux sociaux, Twitter, Facebook, Nicolas Maduro, Venezuela
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik