Ecoutez Radio Sputnik
    Réfugiés

    L’Albanie et le Monténégro sont-ils prêts à accueillir les migrants?

    © AP Photo / Markus Schreiber
    International
    URL courte
    Crise migratoire (788)
    4120
    S'abonner

    La Commission européenne a appelé les pays des Balkans à prendre au plus vite les mesures nécessaires à l’accueil des réfugiés. Selon l'exécutif communautaire, ces pays ne sont pour le moment en mesure d'accueillir que la moitié des 50.000 personnes qu'ils ont promis d'héberger.

    Dans un rapport publié mercredi, la Commission européenne signale que la tournée effectuée par le ministre autrichien des Affaires étrangères, Sebastian Kurz, dans les pays des Balkans n'a pas été fortuite. Lors de ses visites, le ministre a déclaré que Vienne accueillerait cette année deux fois moins de réfugiés qu'en 2015.

    Dans ce contexte, difficile de déterminer la politique migratoire que doivent appliquer les pays des Balkans, par lesquels transitent les migrants se dirigeant vers l'Europe de l'Ouest. Comment la Serbie, par exemple, pourrait-elle bloquer le flux de réfugiés en provenance de Macédoine?

    La Serbie a accepté d'accueillir environ 6.000 migrants. Le premier ministre serbe Aleksandar Vučić a déclaré à cette occasion que son pays n'avait pas l'intention d'ériger des clôtures. Cette déclaration va pourtant à l'encontre de celle du ministre des Affaires étrangères Ivica Dacic, selon laquelle Belgrade emboîterait le pas de ses voisins dans le cas où ces derniers décideraient de fermer leurs frontières.

    "L'Autriche sera obligée de fermer ses frontières aux réfugiés, ce qui aura des conséquences graves pour toute la région des Balkans. Nous espérons que la Slovénie, la Croatie et la Macédoine feront également tous leur possible pour arrêter les flux de réfugiés", a déclaré mercredi Sebastian Kurz lors d'une rencontre avec le ministre monténégrin des Affaires étrangères Igor Lukšić à Podgorica.

    En visite le même jour à Tirana, le chef de la diplomatie autrichienne a fait savoir à son homologue albanais Ditmir Bushati qu'en cas de fermeture de la frontière gréco-macédonienne, la crise migratoire frapperait des pays qui l'ont jusqu'à présent évité, notamment l'Albanie.

    M. Bushati a pour sa part souligné que Tirana suivait attentivement l'évolution de la situation et qu'il avait même un plan d'action. Cependant, a ajouté le ministre albanais, les ressources financières et humaines de son pays demeurent fort limitées.

    Le chef de la délégation serbe aux négociations avec l'Union européenne, Tanja Miščević, a déclaré il y a quelques jours qu'une "fermeture en chaîne des frontières en Europe ferait déplacer la ligne d'accueil des réfugiés vers le sud de l'Europe". D'après Mme Miščević, "cette ligne doit se trouver en Turquie ou à la frontière turco-grecque".

    Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a pour sa part fait savoir jeudi que la patience d'Ankara, mise à l'épreuve par les flux de migrants, était à bout.

    Dossier:
    Crise migratoire (788)

    Lire aussi:

    L’Autriche appelle l’UE à envoyer des soldats dans les Balkans
    Transit des réfugiés: l’Autriche tape du poing sur la table
    Merkel impute à la Russie l'augmentation du flux de réfugiés syriens
    Tags:
    fermeture des frontières, réfugiés, Commission européenne, Aleksandar Vucic, Ditmir Bushati, Ivica Dacic, Sebastian Kurz, Balkans, Albanie, Monténégro, Macédoine du Nord, Turquie, Serbie, Autriche, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik