Ecoutez Radio Sputnik
    Francois Hollande

    Hollande demande l'arrêt des bombardements russes en Syrie

    © REUTERS / Philippe Wojazer
    International
    URL courte
    1379128
    S'abonner

    Le président français François Hollande a demandé jeudi l'arrêt des bombardements russes en Syrie, ceux-ci soutenant selon lui Bachar al-Assad qui "massacre une partie de son peuple". Le chef de l’Etat a réitéré le souhait de voir Assad quitter le pouvoir.

    Ces déclarations, très éloignées de l'idée d'un front commun antiterroriste intégrant la Russie formulée après les attentats de Paris, interviennent alors que les principaux acteurs du dossier syrien mènent de difficiles pourparlers à Munich, en Allemagne, pour obtenir un cessez-le-feu sur le terrain.

    "Nous devons faire en sorte que Bachar al-Assad quitte le pouvoir et en ce moment, aidé par les Russes, il agit et massacre une partie de son peuple même s'il agit aussi contre un certain nombre de terroristes (…) Je demande que les actions russes puissent s'arrêter", a déclaré François Hollande à la télévision française sur TF1 et France 2.

    ​La Russie mène depuis le 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI. Le 7 octobre, quatre navires de la Flottille russe de la mer Caspienne ont aussi tiré des missiles contre des sites de l'EI.

    Les terroristes essuient des pertes considérables et changent de tactique en se réfugiant dans les habitations. Ils ont perdu la plupart de leurs armes et matériels sur la ligne de contact avec les troupes syriennes. Plusieurs groupes faisant partie de l'EI sont déjà prêts à quitter la zone des hostilités.

    Différentes personnalités, dont l'ancien président du Comité militaire de l'Otan, Harald Kujat, ont reconnu que l'implication militaire russe en Syrie avait favorisé le processus de règlement pacifique dans le pays, et rendu possible des négociations.

    Les consultations sur le règlement du conflit syrien devraient reprendre à Genève le 25 février. Cependant, la délégation de l'opposition syrienne modérée pose comme condition sine qua non la suspension des frappes russes et exige de mettre fin à l'offensive de l'armée syrienne sur la ville d'Alep en Syrie.

    Plus tôt cette semaine, l'agence Reuters a annoncé que la Russie proposait d'introduire un cessez-le-feu sur le territoire syrien. Les modalités de cette proposition sont actuellement discutées dans le cadre d'une rencontre du groupe international de contact sur la Syrie à Munich, et à laquelle participe le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

    M. Lavrov a annoncé mardi que la Russie avait élaboré un nouveau plan de cessez-le-feu en Syrie et l'avait soumis aux Etats-Unis, qui l'ont rejeté.

    Lire aussi:

    Le président Hollande pourfendeur du terrorisme ne fait plus recette
    François Hollande reçoit les agriculteurs : nouvel espoir ?
    Conseil de défense: Hollande demande la poursuite des frappes contre Daech
    Inde: Hollande achève sa visite par la parade militaire du Republic Day
    Tags:
    lutte antiterroriste, bombardements, François Hollande, Syrie, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik