International
URL courte
Crise migratoire (789)
3475
S'abonner

De nombreux migrants irakiens arrivés en Finlande en 2015 rappellent leurs demandes d'asile et rentrent au pays.

Réfugiés en Finlande. Archive photo
© AP Photo / Panu Pohjola/Lehtikuva
Plus de 4.000 migrants venus en Finlande ont déjà retiré leurs demandes d'asile et les autorités s'attendent à ce que leur nombre atteigne 5.000, rapporte vendredi Reuters. Au total, 33.000 personnes sont arrivées dans le pays l'année dernière, dont deux tiers sont de jeunes hommes. Ce sont des derniers qui songent à rentrer à la maison.

"Mon petit fils est malade, je dois rentrer", raconte l'Irakien Alsaedi Hussein à l'agence de voyages où il a acheté son billet d'avion pour Bagdad. Le propriétaire de l'agence explique qu'il vend chaque jour entre 15 et 20 billets pour cette destination.

Environ 80% de ceux qui souhaitent repartir sont des Irakiens, et la plupart d'entre eux achètent les billets avec leurs propres moyens ou demandent l'aide de l'ambassade de leur pays.

Quant aux raisons du départ, certains se disent mécontents des conditions de vie en Finlande. "Certains n'aiment pas la nourriture, d'autres ont froid, d'autres encore ne se sentent pas les bienvenus ici", raconte le voyagiste.

La Finlande a récemment durci les conditions pour les réfugiés: ils doivent désormais travailler gratuitement un certain nombre d'heures. En outre, la population locale a tendance à se montrer hostile envers les migrants, ce qui complique leur vie.

Les autorités finlandaises s'apprêtaient à refuser l'entrée d'environ 20.000 réfugiés, mais le retour en masse des migrants pourrait modifier ses plans.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

La maison du PM finlandais impropre à accueillir des migrants
Pegida cherche à mobiliser 14 pays européens contre l'islam
La Finlande pourrait expulser 60% de ses migrants
Cas d'abus de migrants mineurs par des femmes âgées en Finlande
Tags:
réfugiés, migrants, Irak, Finlande
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook