Ecoutez Radio Sputnik
    Présentation du rapport d'enquête technique sur le crash du Boeing malaisien dans le Donbass

    Crash du MH17: un député néerlandais accuse Kiev

    © Sputnik. Maksim Blinov
    International
    URL courte
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (281)
    8760211105

    Un parlementaire néerlandais a publié sur Twitter la conclusion de l'enquête officielle selon laquelle le jour de l'attaque contre le Boeing malaisien, l'armée ukrainienne était la seule à disposer de systèmes de missiles Bouk opérationnels dans le Donbass.

    ​Au terme de débats parlementaires à huis clos sur le crash du Boeing malaisien dans le Donbass, le député néerlandais Pieter Omtzigt (parti Appel démocrate-chrétien — CDA) a fait savoir que l'Ukraine était la seule à être en possession d’armes pouvant abattre l'avion de ligne qui effectuait le vol MH17 au moment des faits.

    Le 22 janvier, le parlement des Pays-Bas a tenu des débats à huis clos consacrés à l'enquête sur les causes de la catastrophe du Boeing malaisien. Parmi les personnes qui ont pris la parole figurait Harm Brouwer, président de la commission spéciale chargée de superviser les activités de l'armée et des services secrets (CTIVD).

    Après avoir rappelé que le Boeing de la Malaysia Airlines avait été abattu le 17 juillet 2014 par un missile Bouk, M. Brouwer a fait savoir qu'au moment du crash, les forces armées ukrainiennes étaient les seules à disposer de systèmes de missiles sol-air Bouk opérationnels dans le Donbass.

    Après avoir appris cette nouvelle, Pieter Omtzigt l'a publiée le jour même sur son compte Twitter. Il est pourtant à noter que ce message est pratiquement passé inaperçu.

    Le directeur du Centre d'études eurasiatiques, Vladimir Kornilov, a été le premier à relever cette information sensationnelle. Il a en outre attiré l'attention sur le fait que de nombreuses pages du rapport d'enquête officiel publié dans les médias néerlandais étaient hachurées. Nous ne connaissons pas le contenu de ces pages ni les raisons pour lesquelles les autorités néerlandaises refusent de les publier.

    Le vol MH17 s'est écrasé le 17 juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine, en proie à une guerre civile, alors qu'il assurait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur avec 298 personnes à son bord. Cette catastrophe n'a pas laissé de survivants. L'appareil volait à 10.100 mètres d'altitude. Les insurgés du Donbass ont à plusieurs reprises affirmé, preuves à l'appui, qu'ils ne disposaient pas d'armements capables d'abattre un avion à cette altitude.

    Immédiatement après la catastrophe et sans attendre la mise en place d'une enquête officielle, l'Occident s'est empressé d'accuser les rebelles ukrainiens d'être les auteurs de l'attaque.

    Dossier:
    Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine (281)

    Lire aussi:

    Crash du MH17: "Moscou veut plus que tout autre que la vérité soit faite"
    Vol MH17: des parents de victimes comptent poursuivre l’Ukraine en justice
    Vol MH17: un policier néerlandais vendait des "souvenirs" du crash
    MH17: les Pays-Bas s'intéressent à des éléments dévoilés dans un documentaire russe
    Tags:
    rapport, enquête, crash d'avion, Bouk, Forces armées ukrainiennes, Malaysia Airlines, Pays-Bas, Donbass, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik