Ecoutez Radio Sputnik
Boeing 777/2 d'Orenair (archives)

Des pilotes russes évitent un crash et sauvent 370 vies

© Flickr/ Alec Wilson
International
URL courte
67206501481

Proclamés héros par les passagers reconnaissants, les membres d'équipage affirment qu'ils n'ont fait que respecter les règles de sécurité.

Des pilotes russes ont réussi à sauver jeudi leur Boeing 777-200ER avec 350 passagers et 20 membres d'équipage à son bord, qui avait pris feu à 5.000 m d'altitude alors qu'il reliait Punta Cana (République dominicaine) à Moscou.

​Le moteur gauche du gros porteur d'Orenburg Airlines (Orenair) s'est enflammé 15 minutes après le décollage, quand l'avion survolait l'océan. De la fumée est apparue dans la cabine. Les passagers pouvaient voir l'aile gauche en flammes. Le commandant d'équipage Konstantin Parikoja et le second pilote Vladimir Kravtsov ont décidé d'effectuer un atterrissage d'urgence immédiat. 

​L'atterrissage d'un avion surchargé est une mission difficile même pour un pilote expérimenté. L'équipage a dû larguer une tonne de kérosène et arrêter le moteur qui pouvait exploser à tout moment. Les roues du Boeing ont pris feu sur la piste d'atterrissage.

Les passagers se sont extraits de la cabine par des toboggans gonflables.

​Selon les statistiques, il arrive rarement que les passagers sortent sains et saufs d'un incident pareil (panne de moteur, largage de combustible, incendie à bord de l'appareil et incendie pendant l'atterrissage).

Toutefois, il n'y a pas eu de panique à bord, d'après les passagers. 

Les passagers de l'avion accidenté sont rentrés vendredi à Moscou. Ils ont l'intention de proposer aux autorités russes de décorer les pilotes. Toutefois, les héros affirment qu'ils n’ont fait que respecter les règles de sécurité.

"J’avais toute confiance en mon équipage, à 100%. Nous suivons un cours d'entraînement tous les ans et nous répétons tout ce qui se passe à bord", a indiqué une hôtesse de l'air.

Lire aussi:
Varsovie: atterrissage d'urgence pour un Boeing 767
Un avion prend feu lors de l'atterrissage dans un aéroport de Moscou
Tags:
pilote, atterrissage d'urgence, incendie, Boeing 777-200, Boeing 777, Vladimir Kravtsov, Konstantin Parikoja, République dominicaine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

Tous les commentaires

  • b.tartar
    troll toi même MISHTAL.
  • Dolinduz
    Bravo à cet équipage pour son sang froid et son professionnalisme.
  • michel.louis.loncin
    On n'en a pas parlé dans les médias occidentaux ... Par contre, quel secrète réjouissance si 350 passagers et 20 membres d'équipage avaient péri ... "On" n'aurait pas manqué d'ACCUSER Vladimir Poutine d'incompétence !!!
  • mic.dior
    Pourquoi les russes utilisent des avions US ? Il vaudrait mieux qu'ils fassent voler leurs propres avions.
  • Dolinduzen réponse àmic.dior(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
    mic.dior,
    Contrairement à ce qu'on raconte ou croit ici ou à, les compagnies aériennes russes font leurs choix d'un point de vue économique.
    Court, moyen ou long courriers, prix d'achat/entretien/consommation etc... Boeing, Airbus et les constructeurs russes ont des appareils performants sur certains créneaux, moins sur d'autres.
    Donc le panachage, dans un monde de respect économique et concurrentiel, n'a rien de surprenant.
    (après, on se rappelle les mic-macs de l'appel d'offre des avions ravitailleurs aux USA, qui avait été gagné par Airbus, mais où Boeing a foutu le bronx (lobbying) pour faire capoter le contrat à son bénéfice..)
  • mic.dioren réponse àDolinduz(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
    Dolinduz, Si j'ai écrit cela c'est par réaction à tous les bâtons dans les roues que met les US à la Russie ; pour le reste votre analyse est pertinente pour le respect des échanges qui permettent d'équilibrer l'économie mondiale et bien sûr pour la bonne gestion des compagnies. Pour me rendre en France je suis obligé de prendre le 777-200ER, un appareil trop long qui vibre beaucoup ; je préférais nettement le Boeing 747 plus stable mais peut être moins économique que les nouveaux. Je ne connais pas les Airbus avec le prestigieux A380.
  • grandloup74
    Une preuve de la maitrise et professionalisme des pilotes russes qui ne pensent pas être des cadors, non, tout simplement des pilotes russes qui considèrent normal ce qu'un pilote occidental considére comme un exploit !
Afficher les nouveaux commentaires (0)
Grands titres