Ecoutez Radio Sputnik
    Manuel Valls lors de la Conférence sur la sécurité de Munich

    Résigné, Valls promet "d'autres attentats" en Europe

    © AP Photo / Matthias Schrader
    International
    URL courte
    Menace terroriste en Europe (341)
    78472

    Il est certain qu'il y aura d'autres attentats "d'ampleur" en Europe, a déclaré samedi le premier ministre français Manuel Valls lors de la Conférence sur la sécurité de Munich, en estimant que le monde était entré dans une époque d'"hyperterrorisme".

    "Nous devons cette vérité à nos peuples: il y a aura d'autres attaques, des attaques d'ampleur, c'est une certitude. Cet hyperterrorisme est là pour durer, même si nous devons le combattre avec la plus grande détermination", a dit Manuel Valls.

    Résigné au pire, le premier ministre n’a toutefois pas mentionné les moyens d’éviter une perspective aussi sanglante pour le continent européen. Comble de l’incohérence, il a même profité de cette tribune pour critiquer l’opération menée par la Russie en Syrie, opération qui a semé la déroute dans les rangs djihadistes, et contribue par-là même à juguler le terroriste international.

    "La France respecte la Russie et ses intérêts", a-t-il dit à l'adresse de son homologue russe, Dmitri Medvedev, lors d'une conférence sur la sécurité à Munich. "Mais nous savons que pour retrouver la voie de la paix, de la discussion, les bombardements des populations civiles doivent cesser."

    Le président français, François Hollande, avait fait la même demande jeudi.

    L'accord sur une cessation des hostilités en Syrie est une étape qu'il faut désormais "d'urgence concrétiser", a ajouté Manuel Valls. "Seuls les faits pourront parler."

    La Syrie est le théâtre d'un conflit armé depuis mars 2011. Selon l'Onu, dont les dernières statistiques remontent à 18 mois faute de données, cette guerre a déjà fait plus de 250.000 morts et poussé des millions de personnes à l'exil. Les troupes gouvernementales syriennes combattent les groupes terroristes dont les plus dangereux sont l'Etat islamique (EI, Daech) et le Front al-Nosra.

    La Russie mène depuis le 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI. Le 7 octobre, quatre navires de la Flottille russe de la mer Caspienne ont aussi tiré des missiles contre des sites de l'EI.

    Les terroristes essuient des pertes considérables et changent de tactique en se réfugiant dans les habitations. Ils ont perdu la plupart de leurs armes et matériels sur la ligne de contact avec les troupes syriennes. Plusieurs groupes affiliés à Daech sont déjà prêts à quitter la zone des hostilités.

    Différentes personnalités, dont l'ancien président du Comité militaire de l'Otan, Harald Kujat, ont reconnu que l'implication militaire russe en Syrie avait favorisé le processus de règlement pacifique dans le pays, et rendu possible les négociations complexes qui se déroulent à Munich.

    Dossier:
    Menace terroriste en Europe (341)

    Lire aussi:

    Dmitri Medvedev: "Il n’y a plus d’îlots de sécurité dans le monde"
    Syrie: une offensive terrestre de troupes locales et de pays arabes serait "décisive"
    Il Giornale: la Russie est la seule à maîtriser le théâtre des opérations en Syrie
    Mediapart affirme que de Rugy a démissionné afin d'éviter de nouvelles révélations sur ses frais de député
    Tags:
    menaces, frappe aérienne, terrorisme, Conférence de Munich 2016, ONU, OTAN, Etat islamique, Manuel Valls, Munich, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik