International
URL courte
52e Conférence de Munich sur la sécurité (2016) (23)
91053
S'abonner

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev a évoqué samedi l’éventualité d'une seconde guerre froide entre l'Occident et la Russie lors de la Conférence sur la sécurité de Munich.

L'UE ne peut pas se permettre la reprise de la guerre froide contre la Russie, a déclaré samedi Sebastian Kurz, le ministre autrichien des Affaires étrangères, à l’occasion de la Conférence de Munich sur la sécurité.

"Nous ne pouvons pas le permettre. Nous devons profiter des négociations de Vienne pour trouver une solution diplomatique à la crise syrienne. La guerre froide, appartient au passé et cela ne doit pas changer", a indiqué M.Kurz.

Les nouvelles générations connaissent la guerre froide uniquement dans les livres et "c'est là qu'elle doit rester", a-t-il ajouté.

"Les événements en cours en Syrie ressemblent à des prémices d'une guerre entre la Russie et l'Iran d’un côté et les Etats-Unis et l'Arabie saoudite de l’autre. Nous devons essayer d'éviter ce scénario", a conclu le ministre autrichien. 

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev a déclaré samedi matin que la politique de l'Otan à l'égard de la Russie restait "inamicale et fermée" et qu'on avait "glissé dans une période comparable à une nouvelle guerre froide".

"On nous accuse presque tous les jours d'être la plus grande menace tantôt pour l'Otan, tantôt pour l'Europe, les Etats-Unis ou d'autres pays", a noté M.Medvedev.

Dossier:
52e Conférence de Munich sur la sécurité (2016) (23)

Lire aussi:

Medvedev: des pays ruinés en lieu et place de l’idéal démocratique occidental
Dmitri Medvedev: "Il n’y a plus d’îlots de sécurité dans le monde"
Dmitri Medvedev déplore un monde "qui empire et devient plus dangereux"
Un homme frappé au sol par un policier lors d'une intervention en Seine-Saint-Denis, ouverture d'une enquête - vidéo
Tags:
Autriche, Sebastian Kurz, Dmitri Medvedev, Union européenne (UE), Conférence de Munich 2016, guerre froide
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook