International
URL courte
94670
S'abonner

Le gouvernement ukrainien a pris la décision de suspendre le transit des camions russes à travers le pays.

Dimanche, le cabinet des ministres de l'Ukraine s'était donné jusqu'à lundi pour trouver une solution au problème du blocus des camions russes, provoqué par des militants ukrainiens. Donc, il semble que la solution ait été trouvée.

"Nous avons décidé de suspendre le mouvement des camions en provenance de la Fédération de Russie à travers le territoire de l'Ukraine", rapporte le communiqué, publié sur le compte Twitter officiel du cabinet ukrainien des ministres.

Dans la nuit du 31 janvier au 1er févier, les postes-frontières entre la Pologne et la région russe de Kaliningrad ont interrompu la circulation des camions russes. Ces derniers commencent donc à transiter par la région frontalière de Transcarpatie (ouest de l'Ukraine), par la Slovaquie et par la Hongrie.

A cet égard, le 12 février, des groupes nationalistes ukrainiens ont décidé de bloquer ces routes pour les camions immatriculés en Russie. En particulier, c'est l'organisation paramilitaire Karpatskaya Syetch qui a initié cette action, et le mouvement ultranationaliste ukrainien Pravy Sektor (Secteur droit) a exprimé son soutien à cette initiative en confirmant sa participation.

"Le Secteur droit et la Karpatskaya Syetch sont des organisations sœurs, nous soutenons toutes leurs initiatives. Ils ont lancé le blocus, nous les avons soutenus. Nous avons l'intention de continuer le blocus", a déclaré Artem Skoropadsky, porte-parole du Secteur droit.

Ainsi, en prenant cette décision, le gouvernement ukrainien a de facto soutenu les nationalistes. Le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov, a qualifié les actions de Kiev d'"anarchie scandaleuse".

Et en réponse au blocus des camions russes, Moscou a interdit dimanche le passage de sa frontière aux camions immatriculés en Ukraine.

"La Russie a, en réponse, interdit le passage de sa frontière aux camions immatriculés en Ukraine", lit-on dans le communiqué du ministère des Transports.

"Ces mesures resteront en vigueur jusqu'à ce que la partie ukrainienne nous donne des informations sur la date à laquelle la circulation du transport russe sera restaurée", a-t-on souligné au ministère.

Actuellement, les militants ne laissent pas passer les camions immatriculés en Russie à destination des pays européens et qui transitent par les régions de Transcarpatie, de Volhynie, de Lvov et de Vinnitsa. Selon des médias locaux, près de neuf régions participent à ce blocus. Plus de 100 camions restent bloqués sur le territoire ukrainien et plus de 500 camions russes revenant de l'UE ne peuvent traverser la frontière pour venir en Russie.

Lire aussi:

Syrie et Ukraine au cœur d'un entretien Poutine-Obama
Corruption: nouvelle démission retentissante en Ukraine
Foreign Policy: l’Ukraine touche le fond
En Ukraine, la patience de l’Occident a ses limites
Tags:
camion, blocus, nationalistes, nationalisme, ministère russe des Transports, Secteur droit, Artem Skoropadskiy, Europe de l'Est, Moscou, Kiev, Europe, Pologne, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook