Ecoutez Radio Sputnik
    Le président russe Vladimir Poutine et le président américain Barack Obama

    Obama: "La Syrie n'est pas un concours entre moi et Poutine"

    © Sputnik . Sergey Guneev
    International
    URL courte
    10446

    Au cours d'une conférence de presse pendant le somment Etats-Unis-ASEAN, en Californie, le président américain a noté qu'après l'intervention de la Russie "la guerre en Syrie ne s'était pas achevée".

    "Ce n'est pas un concours entre moi et Poutine", a-t-il fait remarquer.

    Selon le président américain, ce serait une erreur de croire que la guerre s'achève d'une manière ou d'une autre du fait que la Russie et le régime d'Assad soient parvenus à enregistrer certains succès initiaux.

    "Environ trois quarts du pays ne sont toujours pas contrôlés par Assad, mais par d'autres forces. Soit dit au passage, je le dis sans satisfaction. Ce n'est pas un concours entre moi et Poutine", a-t-il.

    Il a mis en garde contre le risque pour la Russie de s'enliser en Syrie.

    "Maintenant Poutine peut penser qu'il est disposé à ce que l'armée russe occupe de manière permanente la Syrie. Cela va coûter très cher. Il est évident que ce n'est pas la meilleure idée pour la Russie étant donné l'état de son économie", estime-t-il.

    Le président américain a ajouté que le fait que Poutine avait finalement dû dépêcher ses propres troupes, sa propre aviation et qu'il avait dû lancer cette opération militaire d'envergure (…) démontrait que la position d'Assad était faible et non pas forte.

    Le 12 février 2016, les membres du  Groupe international de soutien à la Syrie sont convenus d'une cessation des hostilités pendant une semaine. La mesure ne concernera cependant pas les terroristes. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a communiqué que l'opération militaire de l'aviation russe en Syrie se poursuivrait contre les groupes que le Conseil de sécurité de l'Onu avait reconnus comme terroristes. 


    Lire aussi:

    L'armée syrienne prend le contrôle de hauteurs stratégiques à Raqqa
    L'armée syrienne a éliminé au moins 100 terroristes en 24 heures
    Pourquoi les Kurdes syriens délaissent Washington pour Moscou
    Lavrov et Kerry se sont entretenus sur la Syrie
    Tags:
    crise syrienne, cessez-le-feu, Groupe de soutien international à la Syrie (ISSG), Bachar el-Assad, Vladimir Poutine, Barack Obama, Russie, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik