Ecoutez Radio Sputnik
    Ruines d'un hôpital soutenu par MSF dans la province syrienne d'Idleb

    Damas accuse MSF d'agir pour les renseignements français

    © AFP 2018 GHAITH OMRAN / AL-MAARRA TODAY
    International
    URL courte
    71686

    Damas a accusé les membres de l'ONG Médecins sans frontières déployés en Syrie d'œuvrer pour le compte du renseignement français.

    Les employés de l'hôpital de MSF détruit par un tir de missile dans le nord de Damas lundi travaillaient pour les services de renseignement français, a déclaré l'ambassadeur syrien auprès des Nations unies Bachar Jaafari.

    "Le soi-disant hôpital a été mis en place sans consultations avec le gouvernement syrien par le dénommé réseau français Médecins sans frontières qui représente une filiale des renseignements français sur le territoire syrien", a lancé M.Jaafari devant les journalistes.

    Selon le diplomate, les employés de l'hôpital exerçaient leurs activités sans avoir reçu l'autorisation de la part de Damas.

    "Ils assument toutes les conséquences de cet acte parce qu'ils n'ont pas consulté le gouvernement syrien", a-t-il martelé.

    Auparavant, MSF a fait état de la destruction de son hôpital se trouvant dans la province syrienne d'Idleb. Selon les données de l'organisation, au moins sept personnes, dont cinq patients, un médecin et un gardien figurent parmi les victimes de l'attaque.

    L'ambassadeur de Syrie à Moscou Riad Haddad a par la suite accusé l'aviation américaine d'avoir détruit l'hôpital de MSF. Le premier ministre turc Ahmet Davutoglu a pour sa part affirmé qu'un missile russe avait frappé l'installation.

    Lire aussi:

    Un hôpital de MSF bombardé en Syrie
    MSF touchée par de nouvelles frappes contre son hôpital, 2 morts
    Hôpitaux bombardés: MSF dément les allégations américaines
    Tags:
    crise syrienne, hôpital, frappe aérienne, victimes, renseignement, Médecins sans frontières (MSF), Bachar al-Jaafari, Riad Haddad, Ahmet Davutoglu, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik