Ecoutez Radio Sputnik
    Apple n'aidera pas le FBI dans une affaire concernant un terroriste

    Apple n'aidera pas le FBI dans une affaire concernant un terroriste

    © REUTERS / Suzanne Plunkett
    International
    URL courte
    0 102

    Le directeur général d'Apple Tim Cook a déclaré mercredi qu'il contesterait l'exigence du Bureau fédéral d'enquête (FBI) d'aider à craquer le téléphone iPhone de l'un des terroristes qui avait participé à l'attentat de San Bernardino.

    "Le gouvernement des Etats-Unis a demandé à Apple de prendre une mesure sans précédent qui menace la sécurité de nos clients. Nous sommes opposés à cette disposition, dont les conséquences vont bien au-delà de cette affaire judiciaire", peut-on lire dans un communiqué publié sur le site officiel d'Apple.

    M.Cook a toutefois souligné que les ingénieurs de la société avaient déjà donné au FBI toutes les données nécessaires pour enquêter sur cette affaire. Il a affirmé que la société ne pouvait pas fournir au Bureau fédéral d'enquête le logiciel qui permet de pirater les appareils iPhone.

    "Le gouvernement demande à Apple d'exposer nos utilisateurs à des attaques de piratage et de saper ainsi les progrès réalisés au cours de décennies en matière de sécurité. Nous ne pouvons pas trouver un précédent selon lequel une société américaine a été contrainte d'exposer ses utilisateurs à une telle menace d'attaque", a conclu le chef d'Apple.

    Plus tôt dans la journée, le tribunal de Californie a ordonné à Apple de fournir aux enquêteurs du FBI, dans l'affaire de l'attaque terroriste de San Bernardino, des données chiffrées sur l'iPhone du militant tué après que l'entreprise ait refusé de coopérer volontairement avec les autorités.

    Le tribunal a demandé de fournir "le soutien technique nécessaire", à savoir de supprimer la restriction sur le nombre de tentatives pour entrer un mot de passe et de désactiver la suppression automatique du contenu du smartphone.

    Auparavant, il s'était avéré que les spécialistes du FBI n'avaient pas réussi à accéder aux données sur le téléphone du terroriste en raison de la protection contre l'effraction.

    Tashfeen Malik et son mari Rizwan Farook, armés de deux fusils d'assaut et de deux pistolets, ont attaqué, le 2 décembre, l'Inland Regional Centre de San Bernardino, un établissement spécialisé dans l'aide aux personnes présentant des difficultés mentales ou physiques. La fusillade a fait 14 morts et 21 blessés.

    Le 4 décembre, le Bureau fédéral d'enquête des Etats-Unis a qualifié d'acte terroriste la fusillade à San Bernardino. Après avoir étudié une partie des correspondances de Rizwan Farook, l'enquête a révélé que les assaillants avaient eu des liens avec des personnes présumées terroristes par le FBI. Les correspondances s'étaient faites par téléphone et sur les réseaux sociaux.

    Lire aussi:

    20.000 agents du FBI mis à nu
    "Le pharmacien le plus haï des Etats-Unis" interpellé par le FBI
    Le FBI requalifie la fusillade en Californie en "acte de terrorisme"
    Le FBI impuissant contre les messages cryptés des extrémistes
    Le FBI déconcerté par les techniques de cryptage de l'EI
    Tags:
    piratage, hackers, attentat, terrorisme, FBI, Apple, Syed Farook, San Bernardino, Californie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik