Ecoutez Radio Sputnik
    Billets de 100 dollars

    Renoncer aux billets de grande valeur, une bonne idée?

    © Sputnik. Ruslan Krivobok
    International
    URL courte
    9422

    Selon l'ancien secrétaire américain du Trésor Lawrence Summers, un moratoire sur l'impression des billets de grande valeur, rendrait notre monde meilleur.

    L'ex-ministre des Finances américain Lawrence Summers a appelé à retirer de la circulation les billets de 500 euros et de 100 dollars dans l'intérêt de la lutte contre la criminalité et la corruption. Dans un commentaire publié mardi par le Washington Post, il a fait référence à une récente étude du centre Mossavar-Rahmani qu'il dirige au sein de l'Université Harvard.

    M.Summers a rappelé qu'à l'époque il s'était opposé aux projets de l'UE d'imprimer les billets de 500 euros sans réussir à briser la résistance de l'Allemagne. Selon l'étude susmentionnée, un million de dollars en billets de 100 dollars pèse seulement 2,2 livres (moins d'un kilogramme), contre plus de 50 livres en billets de 20 dollars, ce qui facilite les activités illicites. Il a ajouté que dans les milieux criminels, le billet de 500 euros était surnommé "Ben Laden".

    "Retirer de la circulation les billets déjà imprimés est certes exagéré, poursuit M. Summers. Mais le moratoire sur l'impression des grands billets rendrait notre monde meilleur".

    Selon l'ex-ministre, le premier pas dans cette direction doit être fait par les Européens.

    Il a ajouté qu'il n'était pas "étonné par la résistance de la Banque centrale européenne (BCE) venant du Luxembourg, bien connu pour sa tradition de complaisance envers ceux qui pratiquent l'évasion fiscale, le blanchiment d'argent et qui se prononcent pour le maintien du secret bancaire".

    "Un accord global sur l'arrêt d'impression des billets d'une valeur supérieure à 50 ou 100 dollars serait même préférable à l'adoption de mesures unilatérales en Europe", estime Lawrence Summers.

    Un tel accord serait non moins important que toute autre mesure du G7 ou du G20 de ces dernières années. Son adoption prouverait que dans les faits, les institutions financières mondiales étaient capables de dresser un obstacle aux "grands billets" dans l'intérêt des "gens simples", conclut le financier.


    Lire aussi:

    Le Vieux Continent relance la planche à billets
    Londres, un paradis pour le blanchiment d'argent
    SwissLeaks: évasion fiscale à grande échelle chez HSBC
    Tags:
    retrait de circulation, billets de grande valeur, Université d'Harvard, Banque centrale européenne (BCE), Europe, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik