Ecoutez Radio Sputnik
    Jeunes réfugiés dans un asile

    Les centres de réfugiés? Un beau cadeau pour les escrocs!

    © REUTERS/ Fabrizio Bensch
    International
    URL courte
    Crise migratoire (783)
    2163

    Depuis le 1er août 2015, près de 30.000 réfugiés de tous âges ont demandé l'asile en Suède. Suite à cet afflux de migrants, les autorités du pays scandinave se sont retrouvées confrontées à un problème imprévu qu'est l'escroquerie des maisons d'accueil.

    Les milieux criminels parviennent à s'adapter pour tirer profit de toutes les situations, y compris de la crise migratoire. Ce qui s'est passé en Suède ne fait que le prouver: une entreprise privée chargée de loger les demandeurs d'asile a présenté aux cours de ces derniers mois à plusieurs municipalités des factures de plusieurs millions de couronnes. La police pense avoir affaire à une escroquerie, d'autant plus qu'un récidiviste s'est avéré être derrière tout cela, écrit le journal Dagens Nyheter.

    29.672 demandeurs d'asile se sont présentés depuis l'été 2015 aux frontières de la Suède. Face à cet afflux, certaines agglomérations du pays se sont vu confronter à un manque de places d'hébergement et à l'incapacité de contrôler la qualité du service fourni. La ville de Halmstad n'en faisait pas exception. A l'automne dernier, les services sociaux ont eu beau chercher un abri pour 8 jeunes migrants, faute de solution, ils ont fini par les placer dans un centre d'hébergement qui venait juste d'ouvrir ses portes, confie Eric Semb, chargé de contrôler la qualité des services sociaux. Certes, l'établissement n'était pas passé par toutes les procédures de contrôle requises, mais n'est-ce pas de la nécessité d'être "flexible" dans toutes les situations relatives à la crise migratoire dont parlaient sans cesse les hommes politiques et la presse?

    Le centre n'ayant pas de permis l'autorisant à accueillir des mineurs, les adolescents ont été formellement placés chez le propriétaire de l'asile, un commerçant de véhicules de Göteborg âgé de 33 ans. L'entreprise privée recevait 2.000 couronnes (près de 250 euros) par jour pour chaque jeune réfugié.

    Or, il s'est par la suite avéré que c'est un récidiviste de 39 ans (et frère du propriétaire du centre) qui se trouvait derrière l'affaire. Lié au gang de motards Bandidos MC, ce dernier a été jugé et condamné à plusieurs reprises pour vols, escroqueries et crimes économiques. Les forces de l'ordre le soupçonnent d'avoir fabriqué une fausse licence pour ouvrir le centre d'hébergement.

    Il s'est par ailleurs avéré que cette entreprise travaillait avec une série d'autres municipalités et avait déjà reçu, au cours de ces derniers mois, des millions de couronnes. Le récidiviste, qui plaide non coupable et affirme qu'il s'agit d'un malentendu, a été récemment relâché. A la police de mener à terme cette affaire.

    Dossier:
    Crise migratoire (783)

    Lire aussi:

    Il transforme son bus en cuisine mobile pour venir en aide aux réfugiés
    Opération Sophia: WikiLeaks dévoile la destruction de 67 navires de migrants
    Des gilets de sauvetage de migrants bousculent le tapis rouge de la Berlinale
    Migrants: l'Allemagne envoie une lettre d’expulsion à un bébé
    Suède: la police passe sous silence les crimes des migrants
    La Suède pourrait expulser jusqu'à 80.000 demandeurs d'asile
    Tags:
    centre d'accueil, asile, escroquerie, migrants, Suède
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik