Ecoutez Radio Sputnik
    Big Brother Royaume-Uni

    Méfiez-vous! Big Brother britannique vous regarde

    © AP Photo/ Lefteris Pitarakis
    International
    URL courte
    14635

    Et il a un objectif assez simple au sein de son programme top-secret: enregistrer les habitudes de navigation sur Internet de "chaque utilisateur visible".

    L'opération de surveillance de masse — surnommée "Karma Police" — a été lancé par des espions britanniques il y a environ sept ans, sans aucun débat ou examen public. Elle est devenu juste une partie d'un appareil géant d'espionnage mondial d'Internet qui a été crée par le service de renseignements du Royaume-Uni — Government Communications Headquarters, ou GCHQ (littéralement Quartier général des communications du gouvernement).

    L'agence développe des techniques "sans précédent" pour effectuer ce qu'il a appelé l'exploration de données à "l'échelle de la population", en suivant toutes les communications à l'échelle des pays entiers visant à détecter des modèles ou des comportements considérée comme suspecte.

    C'est la magazine en ligne anglophone The Intercept qui a révelé la portée de la surveillance de l'agence britannique en se fondant sur les documents obtenus d'un dénonciateur célèbre Edward Snowden.

    La surveillance repose sur un régime juridique opaque lequel autorise GCHQ de passer au crible d'énormes archives de métadonnées sur les appels téléphoniques, des e-mails, et les journaux de l'historique de la navigation privée sur le Web des Britanniques, des Américains et de tous les autres citoyens — tout en obtenant ces données sans aucun ordonnance du tribunal ou mandat judiciaire.

    GCHQ aspire les historiques de navigation en utilisant des "sondes" qui puisent dans les câbles à fibres optiques internationaux que transportent le trafic Internet à travers le monde.

    Un énorme volume de données d'Internet, collecté par GCHQ, coule directement dans un dépôt des données massif nommé "Black Hole" (le Trou noir), qui est le cœur des opérations d'espionnage en ligne de l'agence. C'est un stockage où les informations interceptés primaires sont recueillies avant d'avoir été soumis à l'analyse.

    "En Mars 2009, la plupart de données stockées dans le +Black Hole+ — 41% — était les historiques de navigation privées. Le reste comprenait un mélange de courrier électronique, des dossiers de messagerie instantanée, des détails sur les requêtes dans les moteurs de recherche, des informations sur l'activité dans les médias sociaux, les journaux liés aux opérations de piratage, et les données sur l'utilisation par les internautes d'outils d'anonymisation de leurs présence sur Internet", rapporte le magazine The Intercept.

    GCHQ est en mesure d'identifier les habitudes de navigation en ligne d'une personne tout en retirant ses données brutes du stockage de Black Hole, et en les analysant avec une variété de systèmes sophistiqués.

    Par exemple, l'agence britannique avec l'aide d'un système nommé Mutant Broth (le Bouillon mutant), qui passe au crible les données contenues dans le stockage de Black Hole, peut effectuer une analyse complète de votre vie apprenant les moments de la journée où vous êtes le plus actives et les lieux les plus fréquentés.

    Pour effectuer un tel enquête il ne faut qu'un single identifier — un "sélecteur", en jargon de la'agence — qui peut révéler une grande quantité des informations sur les activités en ligne d'une personne par sa piste numérique.
    L'agence exploite également un grand nombre d'autres systèmes d'écoute, chacun servant de son propre but spécifique.

    Un système crée des profils des gens montrant leurs historiques complètes de navigation sur le Web. Les autres peuvent analyser des communications de messagerie instantanée, des e-mails, des appels Skype, les messages texte, les emplacements de téléphones portables et les interactions dans les médias sociaux. Il y a encore des programmes spéciaux pour garder un œil sur les recherches Google et l'utilisation de Google Maps "suspects".

    L'un des plus important et des plus secret d'entre eux est "Tempora", qui extrait de grandes quantités d'e-mails, de messages instantanés, d'appels vocaux, et d'autres communications et en les rendant accessibles via un outil de recherche,surnommé "Xkeyscore", qui ressemble à celui de Google.

    Le magazine en ligne, en citant un document top-secret de GCHQ de mars 2009, a révélé que l'agence a ciblé une poignée de sites Web populaires dans le cadre d'un effort pour collecter secrètement des cookies à une échelle massive. Par exemple, les Britanniques ont suivi les moteurs de recherche Yahoo et Google, le site des nouvelles Reuters, Reddit, YouTube, Facebook et même le site adulte YouPorn.

    En 2010, selon les documents, GCHQ enregistrait 30 milliards de fiches de métadonnées par jour. En 2012, le service de rensiegnement a augmenté ce chiffre à 50 milliards par jour, avec l'intention de le doubler jusqu'à 100 milliards.

    Quant aux "clients" de GCHQ, l'article, publié par le journal britannique The Guardian, révèle le gouvernement britannique, son service de sécurité intérieure,MI5 et le service de renseignement secret, MI6.

    Mais le "client" que le service britainnique s'inquiète le plus c'est l'Agence nationale de la sécurité des Etats-Unis (NSA), son équivalent américain. Le journal britannique a fait savoir que dans de nombreux documents, GCHQ souligne son besoin de faire les Américains heureux, c'est même une priorité absolue.

    La raison est absoluement trivial: le Quartier général des communications du gouvernement reçoit des dizaines de millions de du NSA américain chaque année.

    Mais que peut faire un utilisateur ordinaire faisant face cette machine d'espionnage monstreux afin de protéger ses données personnelles?

    Les documents secrets disent qu'au cours des dernières années, le plus grand obstacle pour la collection massive de données est devenue l'utilisation généralisée de la technologie d'anonymisation qui protège la confidentialité des internautes.

    Donc, si vous voulez protéger vos données, passer un peu de temps en apprenant des trucs et astuces au moins de base pour la sécurisation minimale de votre navigation sur Internet.

     

    Lire aussi:

    Espionnage du Japon par la NSA: Washington et Tokyo réaffirment leur entente
    Logiciel contre données: l’étonnant troc du renseignement allemand et de la NSA
    Moscou: Schröder espionné par la NSA en raison de son amitié avec Poutine
    Quand le Danemark aidait les États-Unis à intercepter Snowden
    Tags:
    espionnage industriel, données personnelles, Internet, espionnage, renseignement, Tempora, PRISM, Reddit, Facebook, Inc, MI6, Google, GCHQ (Government communications headquarters), Agence nationale de sécurité américaine (NSA), MI5, Edward Snowden, Royaume-Uni, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik