International
URL courte
975122
S'abonner

Le gouvernement turc a interdit au jet d'affaires d'Alexis Tsipras, qui se dirigeait en Iran, de survoler le territoire de la Turquie afin de se poser sur l'île de Rhodes pour un ravitaillement prévu d'avance.

D'après l'agenda du premier ministre grec, son avion aurait dû atterrir sur l'île de Rhodes en mer Égée pour un ravitaillement planifié d'avance.

L'incident, dont le caractère sans précédent bouleverse les médias grecs, a eu lieu la semaine dernière lors d'une visite officielle du premier ministre grec en Iran. L'avion d'affaires de marque "Embraer" a eu besoin d'un ravitaillement sur son itinéraire vers Téhéran.

C'est à cette fin que l'île de Rhodes a été choisie, mais Ankara, qui considère l'île comme une zone démilitarisée, a déclaré que l'avion piloté par des militaires ne pouvait y atterrir et continuer son vol vers l'Iran au-dessus du territoire turc.

D'après le ministre grec de la Défense Panagiotis Kamménos, suite aux actions d'Ankara, Athènes avait été contraint de changer l'itinéraire du vol. En conséquence, le petit avion non armé de Tsipras est arrivé en Iran à travers l'Egypte et l'Arabie saoudite. Mais apparemment, l'accident a laissé des traces sur les relations déjà tendues entre la Grèce et la Turquie.

D'après le ministre grec de la Défense, "Ankara prend des mesures sans précèdent, en essayant de montrer son influence dans l'est de la Méditerranée et dans la mer Égée". "Ce qui s'est passé avec notre premier ministre est scandaleux", a-t-il ajouté.

Cependant, le scandale n'a pas reçu d'écho de la part des gouvernements des deux pays. Surtout parce que Athènes désire ménager ses relations avec Ankara dans le contexte de la crise migratoire, où la Turquie pourrait jouer un rôle principal. Seulement les partis d'opposition grecs ont inculpé le gouvernement mené par Tsipras pour cette cession.

Il est bien connu que la Turquie déploie tous les efforts possibles pour contester les frontières aériennes de la Grèce en mer Égée. D'après l'Etat-major grec, ce mardi, 21 chasseurs turcs ont violé l'espace aérien grec dans le nord et dans le sud du pays.

En une seule journée, les avions turcs ont violé deux fois les règles de la région athénienne d'information de vol (FIR Athènes) et 22 fois l'espace aérien du pays. En particulier, les violations ont été enregistrées aux abords des îles de Chios, Samos, Lemnos et Lesbos. Dans tous les cas, les chasseurs grecs ont décollé pour intercepter ces avions.

 

Lire aussi:

Tsipras a honte de l’impuissance de l’UE face à la crise des migrants
Athènes secoué par des protestations contre la réforme des retraites
Donald Tusk: sortir la Grèce de Schengen n'est pas la solution
Coïncidence? La Turquie cesse de violer l'espace aérien grec après l'incident du Su-24
Tags:
espace aérien, chasseur, avions, Alexis Tsipras, Téhéran, Athènes, Ankara, Turquie, Grèce, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook