International
URL courte
35339
S'abonner

La Lettonie pourrait décréter des sanctions à l'encontre de l'agence russe Sputnik qui vient de lancer son site en langue lettone, sputniknews.lv.

D'après la présidente de la commission des droits de l'homme et des relations publiques du parlement letton Inese Laizāne, citée par le journal Neatkarīgā, la Lettonie s'attend à l'entrée en vigueur le 1er mars prochain d'une loi prévoyant des restrictions à l'encontre de personnes physiques comme morales menaçant la sécurité du pays.

Selon l'agence Delfi, Sputnik est considéré en Lettonie comme un "instrument de propagande" car il fait partie de l'agence d'information internationale Rossiya Segodnya dirigée par Dmitri Kisselev qui figure sur la liste des personnalités russes sujettes aux sanctions de l'Union européenne.

Le 17 février dernier, le directeur du Centre d'excellence de l'Otan pour la communication stratégique Jānis Sārts a accusé la Russie de chercher à déclencher une guerre hybride contre la Lettonie, ce qui était selon lui susceptible d'entraîner "des opérations de combat réelles". A titre d'exemple M.Sārts a alors cité "les projets de propagande RT et Sputnik".

L'agence Sputnik est un service d'information multimédia lancé par la Russie en novembre 2014. A l'heure actuelle, Sputnik possède des sites dans plus de 30 langues.

Lire aussi:

Grande-Bretagne: les comptes de l’agence Rossiya Segodnya gelés
Rossiya Segodnya interdite en Lettonie: une "décision antidémocratique"
Prague refuse l'accréditation à un journaliste de Rossiya Segodnya
La France annonce la plus importante hausse de cas de Covid-19 en plus de deux mois
Tags:
propagande, sanctions, liberté de la presse, médias, OTAN, Rossiya Segodnya, Sputnik, Union européenne (UE), Jānis Sārts, Inese Laizāne, Dmitri Kisselev, Lettonie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook