International
URL courte
21567
S'abonner

L'agence de presse internationale russe Rossiya Segodnya et sa plate-forme multimédia Sputnik pourraient se trouver sujettes à des sanctions imposées par l'Ukraine.

Le conseil national ukrainien de la télévision et de la radiodiffusion a rédigé une liste de 38 personnes morales et a proposé au Conseil national ukrainien de sécurité de leur infliger des sanctions, la liste comprenant notamment l'agence de presse russe Rossiya Segodnya et son service d'information Sputnik.

Parmi les 38 personnes morales, la septième place est occupée par "l'Agence fédérale de presse et de mass-médias Rossiya Segodnya" qui regroupe Rossiya Segodnya et Sputnik, apprend-t-on jeudi sur le site officiel du conseil national de la télévision et de la radiodiffusion.

L'agence Sputnik est un service d'information multimédia lancé par la Russie en novembre 2014. A l'heure actuelle, Sputnik possède des sites dans plus de 30 langues.

Rossiya Segodnya regroupe une radio, des fils d'actualité, des portails d'information en plusieurs langues, des centres de presse et des produits d'information dans les réseaux sociaux, la production et la diffusion de photos et d'infographies ainsi que la production de contenu pour les applications destinées aux téléphones portables.

Lire aussi:

Fermer Sputnik et RT pour contrer la "propagande russe"?
Rossiya Segodnya interdit en Lettonie: vous avez dit valeurs européennes?
L'agence Rossiya Segodnya censurée en Estonie
Agence Sputnik à Riga: une fois ouverte, déjà grondée
Quand un think-tank proche du lobby militaire US s’en prend à Sputnik
Tags:
Russie, Ukraine, Sputnik, Rossiya Segodnya, sanctions, médias
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook