Ecoutez Radio Sputnik
    Ex-chef de l'armée britannique: c’est la Russie qui agit efficacement en Syrie

    Ex-chef de l'armée britannique: c'est la Russie qui agit efficacement en Syrie

    © Flickr/ kuhnmi
    International
    URL courte
    501230

    Les Russes sont coordonnés avec Assad et ça leur réussit. Dans les airs et au sol, ils travaillent ensemble, estime l'ancien chef de l'armée britannique.

    Le Royaume-Uni est dans une spectaculaire impasse en Syrie en soutenant le "camp perdant" et doit suivre l'exemple de la Russie en effectuant des frappes aériennes pour soutenir Assad, a affirmé le général Richard Dannatt, cité par le quotidien britannique Daily Express.

    M.Dannatt, ancien chef d'Etat-major, a déclaré que le moyen pour vaincre l'Etat islamique n'était que la force militaire.

    Il a toutefois ajouté que seules les frappes aériennes ne suffiraient pas à mettre un terme à la guerre civile de cinq ans ainsi qu'à éliminer le groupe terroriste.

    Selon le général, qui a été à la tête de l'armée britannique entre 2006 et 2009, la solution définitive à la crise nécessite une opération terrestre même si l'opération aérienne peut y contribuer.

    "Les conflits ne sont résolus que sur le terrain. On a besoin de militaires agissant sur le terrain pour trouver une solution, mais dans un cadre diplomatique et politique. Voilà ce qui manque en Syrie", a-t-il expliqué.

    Selon lui, la Russie est en coordination avec Assad et c'est très réussi. Dans les airs et au sol, ils travaillent de façon coordonnée. Moscou a bien démontré comment contrer la menace extrémiste en Syrie en soutenant la partie la plus susceptible de remporter la victoire.

    "Notre problème est que nous travaillons avec les perdants. Nous devons travailler avec le régime (d'Assad, ndlr). Il y a cette chose qu'on appelle +l'ennemi de mon ennemi est mon ami+, et on doit choisir le moindre mal parmi les diverses options peu attrayantes", a affirmé M.Dannatt.

    Peter Ford, ancien ambassadeur britannique en Syrie, a également critiqué le Royaume-Uni pour son soutien aux extrémistes en les qualifiant de rebelles modérés.

    Il a fait remarquer que l'Occident avait l'intention de renverser le président Bachar el-Assad malgré les guerres en Afghanistan, en Irak et en Libye, qui avaient prouvé que le renversement d'un "dictateur", sans un plan complet de remplacement n'aboutirait à rien de bon.

    L'ancien militaire a ajouté qu'il était temps d'accepter qu'Assad devait rester au pouvoir.

    "L'Occident doit cesser de soutenir l'opposition modérée, qui n'est pas modérée du tout. Il doit permettre à l'armée syrienne soutenue par les Russes de lutter contre l'EI", a-t-il conclu.

    Lire aussi:

    Un navire russe doté de missiles Kalibr est arrivé en Syrie
    Qui sont les grands perdants en Syrie?
    Syrie: zone d'exclusion aérienne ou opération terrestre?
    Obama: "La Syrie n'est pas un concours entre moi et Poutine"
    L'opération russe en Syrie a torpillé les projets d'Ankara
    Il Giornale: la Russie est la seule à maîtriser le théâtre des opérations en Syrie
    Tags:
    lutte antiterroriste, opération terrestre, réglement politique, crise syrienne, frappe aérienne, Etat islamique, Bachar el-Assad, Royaume-Uni, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik