Ecoutez Radio Sputnik
    David Cameron

    "L’Europe ferait mieux de continuer sans le Royaume-Uni"

    © REUTERS / Yves Herman
    International
    URL courte
    13332
    S'abonner

    L’ancien commissaire et député européen, Louis Michel accuse le premier ministre britannique David Cameron d’"instrumentaliser l’Europe" pour régler ses problèmes internes.

    London, Big Ben
    © AFP 2019 Johannes Eisele
    "Quand la Grande-Bretagne est entrée dans l'UE, c'était l'homme malade de l'Europe. Et c'est son entrée dans l'UE qui l'a sortie de ses problèmes économiques et sociaux (…). Ils (le gouvernement de David Cameron, ndlr) sont à la fois ingrat et cynique", a-t-il rappelé, dans une interview accordée à la station de radio belge RTBF.

    Et d'ajouter: "Cameron prend l'idée même d'Union européenne en otage. Et moi je suis choqué. Ceux qui ne veulent plus du modèle européen et des valeurs européennes, doivent sortir ou ne pas freiner ceux qui veulent plus d'intégration européenne. (…) Nous savons tous que les grands défis (migration, terrorisme, climat…) ne peuvent être résolus qu'avec plus d'Europe."

    M. Michel n'hésite pas à accuser nommément le premier ministre britannique de "savoir très bien" que sortir de l'Europe serait plus dommageable pour lui que pour les membres de l'Union: "On instrumentalise l'Europe à des fins électoralistes internes et cela ne peut se poursuivre".

    Il a également insisté sur la nécessité d'un plan B: "Il faut que les membres de l'Union se comptent et que l'on sache qui veut plus d'Europe, d'une agence de renseignement européenne, de l'européanisation de la politique d'asile, de la défense européenne (…). Il faut que tous ceux qui veulent ça puissent avancer."

    Et si le Brexit se produit, insiste le député européen, les accords engrangés durant les négociations n'auront plus d'effet. "Si la Grande-Bretagne vote non, les négociations doivent être terminées. Accepter le principe de renégociation, ce serait envoyer un signal catastrophiques aux autres Etats. L'Europe ne peut plus survivre avec le chantage de l'un ou l'autre Etat en fonctions de ses malaises internes ".

    Aux yeux de Louis Michel, la sortie de la Grande-Bretagne serait d'ailleurs moins un coup dur pour l'Europe que pour Londres. "Les responsables britanniques le savent. Plutôt que de continuer à être leur otage, comme on le fait maintenant, il vaut mieux continuer sans eux."

    Le référendum sur la sortie possible du Royaume-Uni de l'Union européenne devrait avoir lieu dans le pays avant la fin de l'année 2017. La décision de le tenir a été adoptée par les autorités britanniques après les élections de 2015.

    Lire aussi:

    Une fois le Brexit réalisé, Douvres risquerait de partager le destin de Calais
    Brexit: un acteur clé annonce les risques concernés
    Ébauche d’accord entre Londres et Bruxelles pour éviter un Brexit
    Tags:
    Union européenne (UE), Royaume-Uni, Europe, Belgique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik